EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paysage d'automne en forêt - Ernest Meissonier (1815-1891)
Paysage d'automne en forêt - Ernest Meissonier (1815-1891) - Tableaux et dessins Style
Réf : 90272
8 500 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 52 cm X H. 30 cm
Chastelain & Butes
Chastelain & Butes

Peinture et sculpture du dix-neuvième et du début du vingtième siècle


+32477427471
Paysage d'automne en forêt - Ernest Meissonier (1815-1891)

Il s'agit d'un tableau exceptionnel dans l'œuvre d'Ernest Meissonier, qui a peint surtout des scènes de genre. C'est le seul paysage connu qui ait été peint par le maître.

Signature : Monogramme "EM" en bas à droite pour Ernest Meissonier
Cadre d’époque
Provenance : collection du Château de Zaventem

Jean-Louis-Ernest Meissonier a eu l'une des carrières artistiques les plus remarquables de la France du XIXe siècle. Bien que largement autodidacte, il est devenu le peintre le mieux payé de la seconde moitié du siècle, un accomplissement qui découle de la persistance, de l'amabilité et de la capacité à comprendre à la fois les forces et les limites de son travail. Meissonier est né à Lyon le 21 février 1815, alors que l'ère napoléonienne touchait à sa fin. Son père, négociant en teintures, installe sa famille à Paris trois ans plus tard. Au début des années 1830, le penchant naturel de Meissonier pour l'art l'amène à étudier très brièvement ...

Lire la suite

... avec Jules Potier, puis avec Léon Cogniet pendant une période de cinq mois. Cependant, ses principaux professeurs étaient les peintres hollandais, flamands et français des XVIIe et XVIIIe siècles au Louvre, en particulier les peintres de nature morte et de genre.

Il n'est donc pas surprenant que la première présentation de Meissonier au Salon, en 1834, ait été un petit tableau intitulé Bourgeois flamands, qui était essentiellement une pièce de costume mettant en scène trois messieurs d'apparence sobre vêtus de vêtements traditionnels du XVIIe siècle. Le jeu d'ombre et de lumière, ainsi que la nature morte sur table délicatement rendue, font écho aux œuvres de peintres tels que Gérard Dou ou Gabriel Metsu, dont les tableaux attirent de plus en plus l'attention d'une nouvelle génération d'artistes de nature morte. Bourgeois flamands, répondait au goût bourgeois pour les drames historiques en costumes. L'acclamation critique et populaire est écrasante ; la Société des Amis des Arts achète l'œuvre pour 100 francs et la carrière de Meissonier est lancée avant qu'il n'ait atteint l'âge de 20 ans.

Malgré ce succès précoce, la peinture de Meisonnier n'a pas apporté une sécurité financière immédiate. Mais la persistance de Meissonier à soumettre des œuvres au Salon annuel s'est avérée être un choix judicieux. Avec le triomphe des Bourgeois flamands en 1834, le jeune artiste se rend compte que son aptitude à créer des images de genre historiques évocatrices - et précisément détaillées - a le potentiel de devenir une base solide pour sa carrière. Poursuivant cette stratégie, il expose des pièces similaires, comme le Joueur d'échecs en 1841, pour lequel il obtient une médaille de seconde classe.

L'année décisive, cependant, est 1842, lorsqu'il expose Fumeur et Le joueur de basse, qui suscitent des commentaires élogieux de la part du critique d'art et poète Théophile Gautier. "Dans leur petite échelle, nous plaçons sans hésitation ces œuvres inestimables à côté de celles de Metsu, de Gerald Dou, peut-être même au-dessus d'eux, car Meissonier a la vérité du dessin, la finesse du ton et la préciosité de la touche jointe à une qualité que les Hollandais ne possèdent guère : le style." Avec une telle acclamation, Meissonier est devenu le peintre le plus recherché de la décennie, attirant un large éventail de collectionneurs. Ses prix ont augmenté en même temps, et en 1847, il a pu acheter une élégante maison de banlieue à Poissy - un accomplissement remarquable pour un artiste autodidacte de 32 ans qui n'avait ni relations sociales ni partisans haut placés à ses débuts.

Bien qu'une paix relative soit revenue en France lorsque la Seconde République s'est transformée en Second Empire sous Napoléon III, Meissonier est resté concentré sur les sujets militaires. Tout au long des années 1850, il combine les techniques de genre avec des thèmes militaires tels que les soldats ordinaires vaquant à leurs occupations quotidiennes, qui trouvent un marché avide parmi les nombreux vétérans français. Cependant, lorsque les critiques du Salon de 1857 se plaignent de la répétitivité de son travail, Meissonier commence à élargir son répertoire pour y inclure de grandes peintures d'histoire. Il s'agissait manifestement d'un risque calculé : il avait déjà reçu la Grande Médaille d'honneur de l'Exposition universelle de 1855, ainsi que l'attention impériale lorsque Napoléon III a acheté La Querelle à la demande de la reine Victoria, qui l'a ensuite offerte au prince Albert. En outre, sa clientèle privée est vaste et ne cesse de croître. Se lancer dans la peinture d'histoire - sans la formation formelle qu'elle exigeait généralement - c'était courir après un avenir incertain.

En effet, la première incursion de Meissonier dans la peinture d'histoire, dans son tableau de 1863 représentant Napoléon III à la bataille de Solférino, ne fut pas bien accueillie. Cependant, la persévérance lui a encore servi, puisqu'il a redirigé son attention vers les campagnes militaires romancées de Napoléon Ier et a reçu un accueil chaleureux au Salon de 1864 pour 1814, la campagne de France. Les détails méticuleux de ses peintures de genre antérieures étaient désormais amplifiés par le grand format, offrant aux spectateurs un sentiment d'immédiateté dans l'image, mais nécessitant également de longues heures de recherche historique et de peinture minutieuse.

Au moment de l'Exposition universelle de 1867, où il a exposé quatorze œuvres, Meissonier avait établi sa réputation de peintre d'histoire et de peintre de genre. Les prix qu'il atteignait étaient étonnants.

En 1889, Meissonier accepte le poste de président de l'Exposition universelle, la célébration extravagante du centenaire de la Révolution française, pour laquelle la Tour Eiffel a été conçue. Pour Meissonier, âgé de 74 ans, cela a sans aucun doute fait ressurgir des souvenirs de sa propre traversée de décennies politiquement et artistiquement turbulentes. Il exposa dix-neuf tableaux à l'Expo et devint le premier artiste à être décoré de la Grand-Croix de la Légion d'honneur. Meissonier meurt à Paris le 31 janvier 1891, 21 jours avant son 76e anniversaire.

Musées sélectionnés

Institut d'art de Chicago
Musée d'art de Cleveland
Musée des beaux-arts de San Francisco
Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
Louvre, Paris
Metropolitan Museum of Art, New York
Musée d'Orsay
Musée des Beaux-Arts, Boston
National Gallery of Art, Londres
National Gallery of Art, Washington, D. C.
Wallace Collection, Londres

Conditions générales de livraison :

Dès réception du paiement intégral, nous expédions les produits dans le monde entier en faisant appel à des prestataires de services d'emballage et d'expédition professionnels.

Chastelain & Butes

Tableaux XIXe siècle