EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Olpé proto-corinthienne (Style orientalisant de transition) Corinthe, vers 615-600 av
Olpé proto-corinthienne (Style orientalisant de transition) Corinthe, vers 615-600 av - Archéologie Style Olpé proto-corinthienne (Style orientalisant de transition) Corinthe, vers 615-600 av - Galerie Tarantino
Réf : 66080
29 000 €
Époque :
<= XVIe siècle
Provenance :
Segredakis, Paris, vers 1950.
Materiaux :
Argile fine beige
Dimensions :
H. 42 cm
Archéologie  - Olpé proto-corinthienne (Style orientalisant de transition) Corinthe, vers 615-600 av
Galerie Tarantino
Galerie Tarantino

Archéologie, tableaux et dessins anciens


+33 (0)6 15 44 68 46
Olpé proto-corinthienne (Style orientalisant de transition) Corinthe, vers 615-600 av

Le vase est recomposé à partir de fragments, et le décor complété de manière assez visible.
Malgré ses dimensions exceptionnelles, la forme de cette olpé est caractéristique (base à talon, panse piriforme élancée, col évasé à large embouchure, anse verticale trifide flanquée de deux rouelles) et parfaitement équilibrée.
Le col, entièrement vernissé, met en valeur le décor à figures noires (en sombre sur fond clair) qui recouvre la panse. Il est orné de rosettes peintes en blanc que l’on retrouve, mieux conservées, sur les rouelles. Les figures se détachent clairement sur l’argile claire, un peu moins dans la partie située à l’opposé de l’anse en raison d’un « coup de feu » qui donne à cet endroit une coloration orangée. Le décor figuré, composé d’un riche bestiaire d’animaux réels (capridés, lions, oiseaux, taureaux, panthères, cervidés, sanglier, et cygne) et d’animaux fabuleux (sphinx, sirène - ou oiseau à tête anthropomorphe), se déploie sur cinq registres superposés. Les figures animales sont représentées dans des attitudes toutes diversifiées. L’argile claire est parsemée de rosettes stylisées. L’effet décoratif est accentué par les formes courbes des queues et des cornes des animaux. De larges bandes concentriques séparent les différents registres entre eux.
Les détails sont finement incisés et parfois rehaussés de peinture rouge (crinières des animaux), comme d’usage dans la figure noire.

Cet exemplaire, par sa forme et son décor, est une œuvre typique de la production corinthienne, n’étaient ses dimensions exceptionnelles. Il peut se rattacher au style dit « de transition » situé entre le « proto-corinthien » et le « corinthien ancien ». Ce style est notamment caractérisé par la forme des rosettes encore constituées de points, mais dépourvues des petits rayons qui reliaient ces derniers entre eux dans le style proto-corinthien.

Galerie Tarantino

Archéologie