EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Nessus et Deianira, Bronze fin 18e
Nessus et Deianira, Bronze fin 18e - Sculpture Style Nessus et Deianira, Bronze fin 18e - Desmet Galerie Nessus et Deianira, Bronze fin 18e -
Réf : 96051
18 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Italie
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
l. 37 cm X H. 43 cm X P. 25 cm
Sculpture Sculpture en Bronze - Nessus et Deianira, Bronze fin 18e XVIIIe siècle - Nessus et Deianira, Bronze fin 18e
Desmet Galerie
Desmet Galerie

Sculptures classiques


+32 (0)486 02 16 09
Nessus et Deianira, Bronze fin 18e

Nessus et Deianira

Bronze
Franco-Italien, Fin du 18e siècle
Giambologna (1529 - 1608) (modèle de)

H 43 x L 37 x P 25 cm
H 17 x L 14 1/2 x P 10 pouces

Jusqu'à ce que Giambologna conçoive son modèle en bronze de Nessus enlevant Deianira, la convention de représentation de ce sujet était rare dans l'art de la Renaissance. L'histoire a été décrite pour la première fois dans le livre IX des Métamorphoses d'Ovide, où Ovide raconte qu'Hercule et Déjanire sont rentrés à Tyrins et ont rencontré un fleuve en crue qu'ils ont dû traverser. Nessus, qui était déjà en train de faire traverser d'autres personnes, les vit et proposa de porter Déjanire sur l'autre rive. Mais quand Hercule atteignit l'autre rive, Nessus fit demi-tour et enleva Déjanire. Voyant cela, Hercule tira une flèche qui avait été trempée dans le sang de l'Hydre et la tira sur Nessus. Quelques instants avant sa mort, et dans un acte de pure ruse, Nessus convainquit Déjanire de recueillir ...

Lire la suite

... son sang et de l'utiliser sur Hercule comme philtre d'amour. Des variantes de l'histoire décrivent Nessus lui donnant un vêtement taché de sang, tandis que d'autres décrivent la collecte du sang dans un vase. Quoi qu'il en soit, c'est Déjanire qui a livré à Hercule le sang empoisonné qui l'a finalement tué.

Dans le présent modèle, Giambologna a représenté le moment précis où Nessus enlève Déjanire et l'instant qui précède immédiatement sa mort. Il s'agit d'une scène d'un grand pathos et d'un grand drame, accentué par le fait que Nessus se dresse, drapé sur les côtés, et que Déjanire est projetée sur son dos. Dans sa lutte, elle est représentée en torsion, se stabilisant avec un pied sur son dos, les bras ballants et la tête rejetée en arrière en signe de désespoir. À l'époque de sa conception, l'œuvre était considérée comme une composition radicalement complexe et dynamique.

La disposition du groupe en bronze proposé ici correspond à ce qu'Avery et Radcliffe ont défini comme un moulage de type B (Giambologna, op. cit, p. 115) - les deux autres variantes étant appelées Types A et C. Selon une anecdote intéressante rapportée par Baldinucci, Giambologna aurait tenu en haute estime les moulages de Susini sur ce modèle, au point qu'après que ce dernier eut quitté l'emploi de son maître, Giambologna envoya son principal assistant, Pietro Tacca, acheter un bronze de ce modèle pour 200 scudi en raison de sa surface splendidement finie (Baldinucci, loc. cit.). Depuis lors, note Baldinucci, de nombreuses autres versions de ce bronze ont été vendues pour le même prix.

Ce modèle B, beaucoup plus rare que le type A, n'est pas seulement une variante, mais le résultat d'une révision fondamentale de la composition dans laquelle le contenu dramatique du sujet est beaucoup plus fortement souligné. Ici, Déjanire n'est pas assise sur le dos de Nessus avec sa jambe tendue le long de son dos, mais elle est placée en travers de son dos dans une pose beaucoup moins stable, s'appuyant seulement sur son pied gauche, tandis que sa jambe droite se balance le long de son flanc. Au lieu de simplement appeler à l'aide, comme dans le type A, elle semble ici lutter pour s'échapper. Nessus, au lieu de regarder droit devant lui, se tourne pour la regarder. Il l'attrape fermement par la taille avec son bras droit et saisit son épaule droite avec sa main gauche. Sa queue se balance vers le haut et se déploie, et la draperie, au lieu de pendre mollement le long de ses deux flancs, se balance le long de son flanc gauche et remonte sous son ventre. Non seulement la composition est plus dramatique, mais elle est plus serrée et circulaire.
Il n'existe aucune preuve de la date à laquelle cette composition révisée a vu le jour, mais elle doit être considérablement plus tardive que le type A. Le document le plus important à son sujet est le volume de gravures réalisé à partir de la collection de François Girardon en 1710, où une version de ce type est clairement représentée des deux côtés et où la légende indique Groupe de Bronze du Ravissement de Déjanire par le Centaure Nessus fait par J. de Boulogne réparé par A. Soucine, ce qui indique que le bronze a été moulé et coulé par Antonio Susini à partir d'un modèle de Giambologna. Le bronze de Girardon était presque certainement identique à celui figurant dans l'inventaire après décès du cardinal de Richelieu, en 1643, qui est décrit dans des termes similaires, et avec la même ascription. Il semble qu'il n'y ait aucune raison de douter de l'exactitude de cette attribution parfaitement précise du modèle à Giambologna, car cette brillante composition semble être absolument conforme à sa pensée dans les dernières années du XVIe siècle, alors qu'il dépendait de plus en plus d'Antonio Susini pour l'exécution de ses modèles en bronze.

Une version du modèle figure sur la table centrale du tableau de Willem van Haecht le Jeune de la Galerie de Cornelis van der Geest à Anvers (avant 1620 ; Rubenshuis).

Cf. C.Avery et A.Radcliffe, Giambologna, Sculptor to the Medici, (Londres - 1978).

Conditions générales de livraison :

Nous prenons en charge avec soin l'emballage des objets.
Nous travaillons avec des transporteurs spécialisés en oeuvres d'art.
Pour les objets de plus petites tailles nous faisons les envois avec DHL.
Les envois sont suivis et assurés.

Desmet Galerie

XIXe siècle
Jeune Satyre en marbre polychrome
Jeune Satyre en marbre polychrome

28 000 €

Sculpture en Bronze