EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV
Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV - Miroirs, Trumeaux Style Louis XIV Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV - Antiquités Franck Baptiste Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV - Louis XIV Antiquités - Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV
Réf : 83488
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bois doré
Dimensions :
l. 105 cm X H. 175 cm
Miroirs, Trumeaux  - Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV XVIIIe siècle - Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV Louis XIV - Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV Antiquités - Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Miroir à parcloses en bois doré, Paris époque Louis XIV

Miroir en bois finement sculpté, gravé et doré.
Le cadre constitué de baguettes à la Bérain séparées par de larges parcloses enrichies d’écoinçons en bois doré à entrelacs et coquilles.
Sur les cotés deux enroulements d’acanthes terminés par des têtes d’aigles supportent l’imposant fronton d’origine.
Ce dernier finement ajouré de rinceaux en «queues de cochons » surmontés de coquilles et d’un large masque de femme.

Trés bel état de conservation ; dorure d’origine (petites retouches), fonds, crochets et verres d’origine au mercure.

Les verres des parcloses latérales « à la manière de Venise » attribuables à la manufacture royale des glaces de miroirs de St Gobain.*

Travail Parisien d’époque de la fin de l’époque Louis XIV vers 1710.

Dimensions :

Hauteur : 175 cm ; Largeur : 105 cm

Provenance : Chateau du Languedoc


* Les verres latéraux de notre miroir sont attribuables à la manufacture royale des glaces ...

Lire la suite

... de miroirs située à St Gobain.
Fondée par Colbert en 1665, cette manufacture a pour but de mettre fin au monopole de la république de Venise qui exporte alors la totalité des verres de miroirs dans toute l’Europe avec une fuite des capitaux français estimée par le ministre à 30 000 livres chaque année.
Si dans un premier temps des ouvriers vénitiens seront débauchés à prix d’or pour travailler dans la manufacture, ils seront exécutés une fois le secret de fabrication découvert.
Le roi Soleil qui désire placer la France à la pointe de chaque industrie ne se contentera pas de copier la technique et de nombreux essais seront effectués.
La principale innovation viendra de la découverte du procédé de « coulage à la table » qui permet de réaliser des verres de dimensions supérieures aux verres soufflés.
Cette nouveauté permettra notamment la réalisation de la fameuse galerie des glaces à Versailles que le monde entier nous enviera, et permettra aussi de nouvelles créations comme les verres biseautés ou comme ici les verres « à la manière de Venise » qui imitent les baguettes en verre (murrines) juxtaposées des miroirs de la cité des Doges.
Le roi délivrera des brevets et le privilège de fabrication de ce type de verre à la manufacture et trés vite ce qui fut le monopole vénitien au 17 ème siècle devient un monopole français avec des exportations dans toute l’Europe pour une valeur de 400 000 livres au tout début du 18 ème siècle.
Véritable fleuron français, la manufacture passera aux mains de plusieurs familles au fil des siècles pour devenir St Gobain industrie au XX ème siècle.

Notre avis :

Les miroirs se démocratisent sous le règne de Louis XV mais ils sont encore de la plus grande rareté sous la régence et sous le règne du roi soleil.
La bordure en bois doré constitue l’essentiel du prix des glaces au milieu du 18 ème, alors que c’est le contraire au début du siècle avec des verres qui coutent une fortune.
La rare présence de verres au mercure coulés sur notre miroir constitue un élément important qui détermine le prestige du commanditaire originel et qui démontre la suprématie française dans la production de verres au mercure.
La glace que nous présentons en parfait état d’origine avec son parquetage jamais démonté et une bordure de grande qualité est un trés bel exemple de cette production voulue par le roi Louis XIV.

Antiquités Franck Baptiste

Miroirs, Trumeaux