EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire
Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire - Objets de Curiosité Style Empire Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire - Antiquités Franck Baptiste Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire - Empire Antiquités - Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire
Réf : 63397
VENDU
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Liège
Dimensions :
l. 75 cm X H. 65 cm X P. 19 cm
Objets de Curiosité  - Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire XIXe siècle - Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire Empire - Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire Antiquités - Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Maquette du pont du Gard en liège attribuée à Auguste Pellet, époque Empire

Maquette en liège représentant le Pont du Gard d’après une gravure de Charles Louis Clerisseau (1721-1820).
Dans sa caisse d’origine en bois et stuc doré.à décor de palmettes ; verre soufflé d’origine.

Fissure au verre simulant la rivière.

Parfait état de conservation.

Travail Français d’époque Empire.


Dimensions:

Largeur : 75 cm ; Hauteur : 65 cm ; Largeur : 19 cm

Notre avis:
Ce type de maquette est relativement rare sur le marché, il s’agit à l’origine de souvenirs de voyages réservés à une riche clientèle européenne.
L’origine des maquettes en liège se situe probablement dans les environs de Naples, région qui suscite beaucoup d’intérêt et de visites après les découvertes d’Herculanum et de Pompéi.
Mais trés vite elles deviennent scientifiques dans leurs conceptions et leurs fonctions, conçues trés fidèlement d’après les gravures de Piranèse, Palladio ou encore ici Clérisseau elles sont acquises par des ...

Lire la suite

... musées ou des académies d’architecture.

Le liège offre une matière élastique, trés résistante, peu onéreuse et surtout il se travaille trés bien et imite parfaitement la pierre des ruines antiques.
Cette mode de la Phelloplastique, littéralement l’art de représenter des objets en liège, naitra à la toute fin du 18ème siècle et perdurera jusqu’aux années 1840.

Citons les principaux collectionneurs, princes, savants ou architectes célèbres : en Italie l’abbé Filippo Farsetti à Venise (1703-1774), en Russie, la tsarine Catherine II, en Suède, le roi Gustave III, en Angleterre, les architectes Thomas Hardwick et Sir John Soane, en Allemagne, le Landgraf Friedrich II von Hessen-Kassel à Cassel, le prince August von SachsenGotha und Altenburg, le comte de Mecklemburg-Schwerin, le Landgraf Ludwig X von Hessen-Darmstadt.

En France, le comte d’Orsay, et l’architecte Louis François Cassas, dont la collection de 76 modèles de monuments anciens (dont 23 pièces romaines), exposée chez lui au 8 rue de la Seine, dans le faubourg Saint-Germain, à partir de 1806 et publiée par J.G. Legrand9 , sera vendue en 1813 à l’État, qui les déposa à l’Institut, puis en 1837 à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Au niveau des producteurs, les plus renommés sont italiens, citons d’abord le plus connu d’entre tous : Antonio Chichi (1743-1816), il y a aussi Giovanni Altieri, Augusto Rosa ou la famille Padiglione qui représentent majoritairement les ruines romaines de la péninsule.
Puis les Allemands Carl et Georg May qui proposent 39 modèles identiques à ceux de Chichi mais beaucoup moins onéreux , ils travaillent beaucoup pour le roi de Bavière mais ont aussi des revendeurs dans différents pays .
En France Jean-Pierre et François Fouquet, père et fils (1752-1829 et 1787-1872) réalisent des maquettes en plâtre pour Louis François Cassas, il semble qu’un marseillais installé à Paris proposa aussi quelques modèles au début du 19 ème siècle.
L’architecte Auguste Pellet (1785-1865) propose plus de quarante monuments grecs et romains dont tout ceux de Nîmes et de ses alentours, certains sont présentés à l’exposition de Paris et achetés par l’état en 1839.
Le musée du vieux Nîmes possède de cette série la maquette de la maison carré.
Il nous semble fort portable que notre modèle soit l’oeuvre d’Auguste Pellet.

La maquette reprend fidèlement la gravure de 1804 de Louis Charles Clérisseau publiée dans le livre « Antiquités de la France ; Monuments de Nismes »
Comme sur la gravure on peut apercevoir une charrette sur la chemin de gauche et beaucoup de végétation, le pont n’étant pas entretenu sous l’empire.

Maquettes en liège dans les musées :

Musée archéologique de Naples (maquette des ruines de Pompei)
Musée du Capitole Rome
Musée de l’Hermitage Saint Petersbourg
Musée de Stockholm
Musée de Cassel
Rijksmuseum d’Amsterdam
Musée de Berne
Sir John Soane Museum de Londres
Victoria and Albert Museum Londres

En France

Musée des beaux arts de Paris
Musée de St Germain en Laye
Musée du Vieux Nîmes ( maquette maison carré)
Musée Borias Uzès ( mausolée de Glanum, Forum Romain et partie de pont du Gard )

Pour une maquette en liège passée en vente récemment :

Temple de Sybille à Tivoli signé « Chichi architecto » vente Cheffins 30 Novembre 2016 lot 597 ( résultat 53 000 livres sterling)

Antiquités Franck Baptiste

Objets de Curiosité