EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle
Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle - Tableaux et dessins Style Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle - Art & Antiquities Investment Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle -
Réf : 81225
9 800 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur cuivre
Dimensions :
l. 63.5 cm X H. 76 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle XVIIe siècle - Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle  - Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle
Art & Antiquities Investment
Art & Antiquities Investment

Tableaux anciens, dessins, sculptures, objets religieux


+33 (0)6 77 09 89 51
Madonna della Gatta – Ecole italienne du XVIIe siècle

Huile sur cuivre. Notre peinture est l’œuvre d’un artiste italien du XVIIe siècle qui reprend une composition de Federico Barocci datée de 1598 ou 1605 (selon les historiens) et conservée à la Galerie des Offices à Florence.
Avec une grande adresse, notre peintre ne cherche pas à imiter le maître d’Urbino, il emprunte la scène en s’acquittant de sa facture originale et en prenant des libertés dans le dessin. Il modifie ainsi le caractère des protagonistes et offre une lecture indépendante du contexte historique que le Baroche a été invité à illustrer.
Avec beaucoup de grâce, les personnages s’articulent autour de l’enfant Jésus placé au centre de la composition. Dans un geste magistral, Joseph, posté sur une marche, ouvre le rideau sur la chambre qui abrite sa jeune épouse et l’Enfant endormi. Élisabeth, accompagnée de Zacharie, entre par la droite en poussant tendrement le petit Baptiste vers le berceau. Ce dernier, tourné vers le ...

Lire la suite

... spectateur, montre du doigt l’Enfant comme pour insister sur son caractère divin.
En arrière-plan, le palais ducal d’Urbino se dessine dans l’ouverture de la fenêtre.
Enfin, la présence d’une chatte allaitant son petit dans les plis de la robe corail de la Vierge donne un caractère insolite à la scène. Un détail qui a la capacité de projeter l'image dans une dimension quotidienne. Outre l’intention probable d’insister sur le caractère sacré de la maternité, l’amour sauvage que l’animal domestique voue à sa progéniture vient renforcer l’idée qu’un lien puissant unit Marie à Jésus. La chatte allaitante est ici attribut de la Vierge Marie.
Il n’est pas rare que certains artistes, en représentant de manière récurrente un élément particulier dans leurs œuvres, affichent leur inclination pour celui-ci. Federico Barocci affectionne-t-il particulièrement ces félins domestiques ? En effet, déjà vers 1573-74, il réalise pour le comte Antonio Brancaleoni « la Madonna del Gatto » (conservée à la National Gallery de Londres). Et ses deux versions de l’Annonciation (l’une peinte vers 1582/84 et conservée à la Pinacothèque du Vatican et la seconde vers 1592/94 conservée dans l’église Santa Maria degli Angeli de Pérouse) donnent aussi une place à un frêle chat endormi.

Nous avons choisi de vous présenter cette peinture dans un riche cadre à tabernacle en bois et pâte sculpté et doré du XIXe siècle.

Dimensions : 56 x 41 cm la vue - 76 x 63,5 cm avec le cadre

Federico Barocci « il Baroccio », « le Baroche » en français (Urbino 1535 – Id. 30.09.1612).
D’origine lombarde et rattaché aux écoles romaines et ombriennes, il est un des précurseurs de la peinture baroque dans la région des Marches.
C’est en étudiant les œuvres de Raphaël (lui aussi natif d’Urbino) ou du Titien (dans la collection du duc Guidobaldo II Della Rovere) - entre autres - qu’il développe son art.
Sous l’influence des nouvelles orientations spirituelles d’une Église « Contre-Réformée », il produit une peinture dévote provoquant l’émotion de l’observateur. A ce titre, Federico Barocci est souvent considéré comme le père d’une approche artistique nouvelle qui met en avant les sentiments au détriment d’une théâtralité excessive. Guido Reni et Annibal Carrache lui emboiteront le pas dans cette quête.
L’historien de l’art Antonio Paolucci dira que le Baroccio est "l'évêque le plus intelligent et le plus sensible de l'art de la Contre-Réforme, qui a ouvert la voie au Caravage et à la Modernité".

Art & Antiquities Investment

Tableaux XVIIe siècle