EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien.
Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien. - Tableaux et dessins Style Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien. - Galerie Éric Beaumont Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien. -
Réf : 68360
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Materiaux :
Huile sur panneau de chêne, Cadre sculpté bois, de style 17ème, époque 19ème, doré à l’or.
Dimensions :
l. 56 cm X H. 30 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien. XVIIe siècle - Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien.  - Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien.
Galerie Éric Beaumont
Galerie Éric Beaumont

Peinture ancienne


+33 (0)4 70 47 27 96
+33 (0)6 28 06 04 29
Ecole française du XVIIe siècle - Le Martyre de Saint Sébastien.

« Le Martyre de Saint Sébastien.»
Ecole Française du 17ème siècle.
Panneau de chêne.
Dimension: 30 cm x 56 cm
Cadre sculpté bois, de style 17ème, époque 19ème, doré à l’or

Descriptif du tableau :
Sébastien est un saint martyr romain ayant vécu, selon la tradition, au IIIe siècle. Il est fêté le 20 janvier en Occident et le 18 décembre en Orient.
Né à Narbonne, en Gaule, Sébastien est citoyen de Milan, en Italie. Militaire de carrière, il est pris d'affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule, qui le nomment centurion. Dans un contexte de persécutions contre les chrétiens, il est pourtant exécuté sur ordre des souverains pour avoir soutenu ses coreligionnaires dans leur foi et accompli plusieurs miracles. D'abord attaché à un poteau et transpercé de flèches, il est finalement tué à coups de verges (instrument de punition corporelle formé d'une baguette flexible ou d'une poignée de brindilles) après avoir miraculeusement guéri la première fois.
Patron des archers, des fantassins et des policiers mais aussi troisième patron de Rome (avec Pierre et Paul), saint Sébastien est surtout invoqué pour lutter contre la peste et les épidémies en général. Souvent représenté dans les arts, il est devenu un symbole homoérotique à la Renaissance avant d'être considéré comme une icône homosexuelle à partir du XIXe siècle.

La scène se déroule dans des ruines de temple Antique, Saint Sébastien étant un citoyen Italien.
Saint Sébastien est au centre de cette scène, mais ce n’est pas par lui que notre œil est en premier lieu attiré.
En effet, notre regard est plutôt attiré par tous ces personnages qui sont autour de Saint Sébastien. Des soldats, les « bourreaux »de Saint Sébastien, qui sont des archers, des spectateurs, des hommes à chevaux (peut-être les commanditaires ?).
Au premier plan, nous voyons très distinctement les visages des personnages, leurs habits colorés, leurs chevaux. Tout est réalisé avec une parfaite maîtrise.
Au second plan, bien que les personnages soient plus lointains, la réalisation de ses derniers est parfaitement nette et construite.
L’arrière plan de la ville nous montre que la scène pourrait se passer en Italie.

Le fait que saint Sébastien soit au centre de la scène et qu’il y est en hauteur des ruines, des personnages, accentue la perspective du tableau qui est ici remarquablement réalisé.

Notons que tous les personnages sont tournés vers Saint Sébastien. Une seule personne tourne la tête et regarde dans une autre direction…

Galerie Éric Beaumont

Tableaux XVIIe siècle