EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV
L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV - Horlogerie Style Louis XV L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV - Antiquités Franck Baptiste L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV - Louis XV Antiquités - L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV
Réf : 71523
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Vion
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Bronze doré
Dimensions :
l. 22 cm X H. 30 cm
Horlogerie Pendule - L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV XVIIIe siècle - L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV Louis XV - L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV Antiquités - L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV

Rare et fine petite pendule de bureau en bronze ciselé et doré.
Parfois intitulé «La Guerre et la Paix» ou «L'Amour triomphant de la Guerre» notre pendule représente deux enfants, l’un revêtant le casque, la lance et le bouclier de Minerve symbolisant les attributs de la guerre et l’autre, l’ arc et la flèche de Cupidon symbolisant l’amour.
Au dessus d’eux, sur un chapiteau un couple de tourterelles batifole dans des nuées.
Au dessous le cadran émaillé à chiffres romains pour les heures et chiffres arabes pour les minutes est signé Gilles l’ainé à Paris.
Le socle rectangulaire est orné d’une frise de raies de coeurs et d’un carquois croisé d’un flambeau .
Il repose sur les quatre pieds du lion de Némée dont la dépouille s’entrelace dans des anneaux fixés au socle.
Signature « VION » au milieu à l’arrière pour François Vion bronzier parisien actif de 1764 à 1800.

Mouvement, suspension et dorure d’origine.

Parfait état de conservation.

Travail Parisien d’époque Louis XV vers 1765.

Hauteur: 30 cm ; Largeur: 22 cm

Un modèle similaire passé en vente le 30 Mars 2009 à Paris vente Villanfray lot 167 _ adjugé 7500 euros au marteau.

Notre avis :

Notre pendule n’est pas un surmoulage d’époque comme nombre de modèle, elle arbore de grande qualités de dorure et de ciselure correspondant à une fabrication par le maître en personne.
Le mouvement quand à lui est signé du grand horloger Gilles l’ainé.
A partir de 1765, cette signature correspond à l’horloger parisien Pierre II Gille. Après son accession à la maîtrise en tant que fils de maître le 18 novembre 1746, il installe son atelier rue Saint-Martin, rue Saint-Denis et rue aux Ours. Au début de sa carrière il travaille avec son père, puis dirige son propre atelier et rencontre immédiatement un immense succès auprès des grands collectionneurs. Parmi sa clientèle figuraient notamment le marquis de Brunoy, le prince Charles de Lorraine, le puissant fermier-général Perrinet de Jars et le duc de Gramont. 
Cette date (1765) correspond aussi à la promulgation de la loi sur l’obligation d’estampiller les Bronzes proposée par le chef de la corporation Jean Joseph de St Germain.
Ce dernier comme François Vion, Jacques caffieri, Robert Osmond et quelques autres est l’inventeur de différents modèles qu’il fait dessiner par de grands ornemanistes, modèles qui malheureusement sont vulgairement copiés par d’autres bronziers ce qui entraine d’important procès.

La Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet à Paris conserve un livre de dessins de pendules ayant vraisemblablement appartenu au marchand de pendules Antoine Foullet.
Le dessin de notre pendule y figure avec la mention « Vion ». (photo de la sanguine)
Elle est décrite ainsi : « Piece de Bureau, Autel à l’amour & à Mars. »
On connaît également le prix auquel elle était vendue : « en Couleur L 176 ; dorure 77 ; Prix dorée 253. »
Ces indications montrent qu’il s’agit d’un modèle de qualité tant son prix total de 253 livres est élevé.

De cette pendule dérive un autre modèle à succès, reprenant le même socle drapé, dit « Le Retour de l’Amour » ou « La Douleur » ou encore « La Pleureuse ».
Le comte d’Artois en posséda un exemplaire dans sa chambre à coucher au Palais du Temple. (vente Sothebys 29 Novembre 2007 à Paris lot 60 : 31200 euros)
Une autre faisait partie des collections de Marie-Antoinette (Musée du Louvre).
D’autres spécimens encore sont présents au Musée des Arts décoratifs à Paris, au Petit Trianon et au Musée Carnavalet.

Enfin, signalons que François Vion est également l’auteur de la pendule aux Trois Grâces, dotée d’un mouvement de Lepaute, livrée à Mme Du Barry le 21 mai 1774 par le marchand-mercier Poirier et conservé actuellement au musée du Louvre à Paris.
Tout ces éléments nous permettent d’affirmer que notre pendule fait partie des premiers modèles produit, par le maître en personne et pour un prestigieux commanditaire.
Il s’agit à nos yeux d’une pièce de collection extrêmement rare sur le marché.

Antiquités Franck Baptiste

Pendule Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « L’amour triomphant de la guerre, pendule signée Vion, époque Louis XV » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Pendule Louis XV, Horlogerie.