EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris
Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris - Tableaux et dessins Style Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris - Antiquités Christophe Bouley Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris - Antiquités - Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris
Réf : 62886
5 800 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Philippe CHAPERON
Materiaux :
HUILE SUR TOILE
Dimensions :
L. 75 cm X H. 64 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris XIXe siècle - Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris  - Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris Antiquités - Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris
Antiquités Christophe Bouley
Antiquités Christophe Bouley

Mobilier et objets d'art


+33 (0)4 72 04 34 76
+33 (0)6 72 80 59 56
Philippe Chaperon (1823-1907). « L'église Saint-Etienne-du-Mont » à Paris

Philippe CHAPERON (1823-1907).
Huile sur toile figurant l'église Saint-Étienne-du-Mont, sur la montagne Sainte- Geneviève, dans le 5e arrondissement de Paris.

Signée et datée 1843.

Dimensions :
Hors cadre 49/60 cm.
Avec cadre 75/64 cm.


Marie Philippe dit Philippe CHAPERON

Peintre de décors français
(Paris, 02 février 1823 – 8 boulevard de Laval, Lagny-sur-Marne, Seine-et-Marne, 21 décembre 1906)

Fils de Floréal Brutus CHAPERON et de Céleste MUSELIN.
Epouse Maria Eugénie Augustine TÉTARD (1831 – ap. 1906).
Père de Philippe Auguste Théophile CHAPERON (1853 – ap. 1906), homme de lettres ; de Charles Eugène CHAPERON (Paris 2e, 07 février 1857* – Paris, 1938) peintre militaire ; d’Emile Alphonse CHAPERON (Paris 10e, 18 mars 1868* – Confolens, Charente, 26 septembre 1946), peintre-décorateur [épouse à Angoulême, Charente, le 12 septembre 1904 Jeanne Marie Alice DELAURIER].

Après être passé par l'atelier de l'architecte Calais, il entra en 1842 chez le maître décorateur Cicéri, et fit ensuite un voyage en Espagne, où il séjourna deux ans. C'est à son retour qu'il s'associa avec Rubé, un de ses condisciples de l'atelier Cicéri : leur collaboration devait durer trente ans. Philippe Chaperon a brossé de nombreux décors de théâtre : à l'Opéra (1864 à 1900) ceux des Huguenots, du Prophète, de l'Africaine (1865), de Patrie !, d'Hamlet, de Faust, du Roi de Lahore, du Cid, de Salammbô, de Henri VIII, de Namouna (1882) ; à l'Opéra-Comique ceux du Rêve, de Manon, de Werther ; au Théâtre-Français ceux de Le roi s'amuse, d'Œdipe, de Thermidor, etc. Il faut citer encore ses décors de Théodora, de la Tosca, de Macbeth, de Severo Torelli et du Chemineau. Dès 1894, son fils Emile devint son collaborateur assidu et ils réalisèrent ensemble des décors pour l'Opéra jusqu'en 1903. Philippe Chaperon est en outre l'auteur de la décoration du casino de Monte-Carlo.
En 1857, il habitait 5 rue Montholon à Paris 2e ; en 1868, 28 rue Claude-Vellefaux à Paris 10e ; en 1905, 44 rue des Moines à Paris 17e.

Antiquités Christophe Bouley

Tableaux XIXe siècle