EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
KVAPIL Charles - Le réveil
KVAPIL Charles - Le réveil - Tableaux et dessins Style Art Déco KVAPIL Charles - Le réveil - Violon d’Ingres KVAPIL Charles - Le réveil - Art Déco
Réf : 63011
Prix sur demande
Époque :
XXe siècle
Signature :
KVAPIL Charles ( 1884 / 1958 )
Provenance :
Collection privée Française
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 35 cm X H. 27 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - KVAPIL Charles - Le réveil XXe siècle - KVAPIL Charles - Le réveil
Violon d’Ingres
Violon d’Ingres

Tableaux XIXe et XXe siècle


+33 (0)6 20 61 75 97
+33 (0)6 20 81 26 96
KVAPIL Charles - Le réveil

KVAPIL Charles ( 1884 / 1958 )
Le réveil.
Huile sur toile signée en bas à droite.
27 / 35 cm
Cadre d'origine.
Charles KVAPIL est un peintre belge de l'École de Paris, d’origine tchécoslovaque, né à Anvers le 1er novembre 1884, et mort à Paris en 1958.
Charles Kvapil a suivi les cours de l’Académie des beaux-arts d’Anvers. Ses premiers travaux ont été exposés en 1908, au Salon d'Anvers. En 1911, il exposa à Munich ; ces oeuvres montraient alors une nette influence cubiste. En 1914, il exposa à nouveau en Belgique, à la Triennale de Bruxelles.
Il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale.
Après l’armistice, il habite Paris, et installe son atelier à Montmartre, dans le Hameau des Artistes, entre la rue Lepic et l’avenue Junot ; c’est là qu’il mourra.
Il mène une existence très désargentée, mais il est pourvu d'un tempérament optimiste et il a l’espoir de percer ; il doit travailler pour survivre et il peint surtout le soir, surtout durant ses premières années à Paris.
Au Salon des Indépendants de 1920, Kvapil se révèle au public parisien.
Il fréquente le café du Parnasse et y est exposé dans un petit groupe organisé par A. Clergé, « la Compagnie des peintres et sculpteurs professionnels », qui se manifeste en 1921. La préface est rédigée par Romoff. Une seconde suit de peu. Elle comprend 102 participants, dont Friesz, Lagar, Ortiz de Zorate, Le Scouëzec, Astoy, Roysen, Loutreuil, Krémègne, Gallien, Gontcharova, Lebedeff, Ramey, Kvapil. Celui-ci reste attaché au folklore du peintre bohème dont Montparnasse est le terrain d’exploits et le modèle de vie .
En 1923, ses oeuvres sont accrochées chez Marcel Bernheim, puis chez Dalpeyrat, à Limoges, où il montre surtout des paysages. Par la suite, il participe au Salon d’Automne ;
Il exposa de son vivant à Paris, Munich, Bruxelles, Genève, en Italie, à Stockholm, à Londres et New York.
Il est aujourd’hui représenté dans de nombreuses collections publiques et privées, y compris au Musée d'Art Moderne de Paris, dans les musées du Havre, de Rouen, de Saint-Étienne, d'Amsterdam et de Tunis.
Charles Kvapil est connu surtout comme peintre de personnages, en particulier pour ses représentations de nus ; il peignait des modèles en studio, parfois en face de sa fenêtre avec la butte Montmartre dans le fond ; souvent aussi des baigneuses ou des nus féminins placés dans des groupes de personnages, à la façon de Courbet et des impressionnistes à leur début.
On lui doit aussi beaucoup de portraits ; mais il ne dédaignait pas non plus les natures mortes, en particulier les bouquets de fleurs, ni les paysages, qui forment une partie importante de son œuvre.
Il a peint de nombreuses régions, dont la Corrèze, où il a su saisir le caractère du pays qui n'est pas le sien, avec sa maîtrise habituelle, la côte méditerranéenne, la Corse, où il séjourne régulièrement au cours des années 1920 et 1930 ; à Paris il participe à des expositions des peintres de la Corse en 1925 et 1933. En 1939, à une nouvelle exposition d’Art Corse, à la Galerie L'Équipe, toujours à Paris, il présente deux toiles titrées « Costa brugiata, Cap Corse » et « Vue de Rogliano ».
Charles Kvapil fut influencé par le fauvisme et par un cubisme très tempéré ; Paul Cézanne et, dans une certaine mesure Matisse (comme coloriste), ont aussi marqué son style.
Les peintures de Charles Kvapil sont originales et modernes, ses nus et ses bouquets de fleurs sont forts et puissants. Sa palette est riche en bleu cobalt et en couleurs chaudes. Sa technique est volontaire et puissante. Ses oeuvres à l’huile sont souvent de format modeste, peintes parfois sur panneaux, ou sur carton. Il pratiquait aussi avec une belle maîtrise la technique du pastel. C’était un travailleur infatigable et on rapporte de lui ce propos : il faut « que le peintre parle peu, mais qu’il peigne beaucoup »

Conditions générales de livraison :

Livraison offerte sur Paris et sa banlieue.
Pour l'étranger, nous consulter.

Violon d’Ingres

XXe siècle
Salabet Jean (1900-?) - Place de la Concorde
Salabet Jean (1900-?) - Place de la Concorde

Prix : Sur demande

Tableaux XIXe siècle Art Déco

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « KVAPIL Charles - Le réveil » présenté par Violon d’Ingres, antiquaire à Saint-Ouen dans la catégorie Tableaux XIXe siècle Art Déco, Tableaux et dessins.