EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre
Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre - Tableaux et dessins Style Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre - Marc Segoura Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre - Antiquités - Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre
Réf : 81600
58 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
J. Buchet 1885
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 80.5 cm X H. 113 cm
Tableaux et dessins  - Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre XIXe siècle - Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre  - Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre Antiquités - Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre
Marc Segoura
Marc Segoura

Tableaux, Mobilier et Objets dart des 17e, 18e et début 19e siècle


+33 (0)6 71 62 45 95
+33 (0)9 67 11 96 56
Julie Buchet , Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre

Julie Buchet (1847-1921), Galerie dite de la Vénus de Milo, au Musée du Louvre, huile sur sa toile, 1885, 113 x 80,5 cm.

Signé et daté en haut à gauche : J. Buchet 1885

Timbre sur le châssis: US Customs

Expositions
1885, Paris, Salon de la Société des Artistes français, n° 409 .
1885, Paris, Union des Femmes Peintres et Sculpteurs, n° 44 .
1888, Versailles, 35e exposition versaillaise de la Société des amis des Arts du département de Seine-et-Oise, n° 63 .
1893, Chicago, Exposition universelle de 1893, Palais de la Femme, catalogue officiel français n° 282 Galerie de la Vénus de Milo.


Notre tableau est au centre de la redécouverte de la carrière d’une artiste peintre, jusque-là réputée avoir restauré des œuvres appartenant au musée du Louvre. La grande qualité de sa peinture met en avant les talents artistiques de Julie Buchet, de même que ses multiples expositions, en France et aux Etats-Unis, restituent un pan oublié de l’histoire ...

Lire la suite

... des femmes peintres à la fin du XIXe siècle.
Julie Buchet est originaire de la ville de Bourges. De ses années d’apprentissage, les catalogues des salons artistiques, où elle expose, à partir de 1884, mentionnent le nom de ses deux maîtres : Jean-Léon Gérôme et Léon Bonnat. L’entrée à l’école des Beaux-Arts où ils enseignaient étant refusée aux femmes, ainsi que de concourir au Grand Prix de Rome, Julie Buchet a contourné ces difficultés en sollicitant les leçons de ces éminents professeurs de peinture, auprès de l’atelier de Madame Trélat de Vigny, où ils dispensaient leurs conseils. Julie Buchet obtient donc un enseignement artistique de qualité malgré ces fortes contraintes.


La distribution de la galerie compartimentée en alvéoles - qui s’ouvrent sur un berceau central - date de l’époque à laquelle l’ouverture du musée demande de réorganiser les salles d’exposition des antiques (Salle Melpomène, Salle de l’Isis (future galerie de la Vénus de Milo) et corridor de Pan), inaugurées en 1815 et en 1817. A son entrée au musée en 1821, le chef-d’œuvre de la statuaire grecque est d’abord présenté au centre de la Salle du Tibre puis à partir de 1848, à l’extrémité des salles de la galerie nord. Découverte en avril 1820 à Milo, dans l’archipel des Cyclades, elle est offerte par l’ambassadeur de France à Constantinople, le marquis de Rivière au roi Louis XVIII, le 1er mars 1821 qui la place aussitôt dans le musée royal des Antiquités.
On remarque que la plinthe antique de la Vénus de Milo est incorporée dans une base circulaire en plâtre et que le pied gauche restauré a été retiré. L’œuvre n’est pas encore mise à distance par une barrière comme elle le sera vers 1896, et le long cartel que l’on voit sur les représentations depuis 1822, mentionnant son titre de Vénus Victrix, a été retiré. L’unique cartel sur le socle,
visible sur la toile, indique les restaurations effectuées.

Une colonne ionique en porphyre rouge sépare l’espace de l’alcôve de la grande nef où se trouve exposée une Vénus pudique, dont on aperçoit le profil de dos. Elle provient de l’ancienne collection Campana, acquise par Napoléon III en 1861, et entrée au Louvre en 1863. Cette variante du type de l’Aphrodite du Capitole dérive toutes deux de l’Aphrodite de Cnide créée par Praxitèle au IVe siècle avant notre ère. La déesse surprise au bain, cache sa nudité. Sa coiffure sophistiquée est composée de tresses, attachées par un nœud en rosette au sommet de la tête et qui retombent en boucles sur ses épaules.


Les collections publiques françaises possèdent une huile sur toile par Julie Buchet, dans les collections du musée d’Orsay (Vase de Chrysanthèmes acquis par l’État en 1892). La documentation des peintures du Musée d’Orsay conserve la trace d’une autre toile intitulée : Le Bord de Mer en Normandie. Ces deux œuvres sont représentatives du style de l’artiste, attentive à l’harmonie des couleurs, à la distribution de la lumière, à la finesse et à la transparence du modelé.

Marc Segoura

Tableaux et dessins