EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme
Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme - Tableaux et dessins Style Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme - White Rose Fine Art
Réf : 91874
4 250 €
Époque :
XVIIIe siècle
Dimensions :
l. 53.2 cm X H. 63.3 cm
Tableaux et dessins  - Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme XVIIIe siècle - Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme
White Rose Fine Art
White Rose Fine Art

Peintures et dessins anciens


+ 31 629514501
Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 – 1772 Amsterdam)- Portrait d'un Gentilhomme

Jan Maurits Quinkhard (Rees 1688 - 1772 Amsterdam)

Portrait d'un gentilhomme

Huile sur toile, 63,3 x 53,2 cm (24,9 x 20,9 inch) ; contenu dans un cadre de modèle historique teinté foncé

Signé et daté "Quinkhard fecit 1727" (en bas à gauche).

Provenance
Vente anonyme, Christie's, Amsterdam, 9 novembre 2010, lot 91 ; collection privée, Pays-Bas.

L'identité du sujet du présent portrait n'est plus connue, mais nous pouvons être certains qu'il ne ressemblait pas à l'une de ces personnes de notre époque qui se réjouissent de leur propre ressemblance photographiée, ou prennent d'interminables selfies pour obtenir le bon angle. Regardons les choses en face : ce que nous voyons au premier abord est ce qui semble être un vieil homme plutôt grognon, qui n'aime pas poser pour les peintres. On peut presque entendre son épouse : "C'est arrangé, tu dois le faire et tu le feras". Oui, le présent tableau ne suscitera peut-être pas d'expressions de plaisir de la part ...

Lire la suite

... de vos convives, et pourtant nous avons nous-mêmes un grand faible pour ces portraits non idéalisés. Nous ne voyons pas la beauté, mais le caractère, nous ne voyons pas une personne qui est encore pleine de rêves et d'aspirations, mais une personne qui a connu des soucis, des souffrances et des problèmes. Nous sommes face à face avec une personne qui a été peinte il y a presque exactement trois cents ans et qui a quitté ce monde depuis longtemps, ne laissant derrière elle que ce portrait peint, et peut-être quelques lettres ou références d'archives, et qui est maintenant sous notre responsabilité. Ce tableau n'est pas le portrait commercial habituel que l'on voit chez les marchands à succès et dans les foires d'art internationales, représentant de préférence de jeunes beautés au sourire agréable, mais ceux qui peuvent regarder au-delà de l'apparence extérieure ridée et s'intéresser au maniement du pinceau, pourront voir qu'il s'agit d'un portrait de premier ordre.

Le gentleman à la perruque a probablement appartenu à l'élite d'Amsterdam. Portant une perruque élaborée, l'homme représenté de façon réaliste est assis dans un fauteuil richement sculpté, tapissé d'un velours à motifs verts. Le châle de soie rouge ondulé n'aurait pas été porté dans la réalité, mais est une élaboration du peintre pour donner un intérêt pictural, tout comme les rideaux et les glands suspendus.

Le portrait est fièrement signé et daté par Jan Maurits Quinkhard, né à Rees, près de Clèves, fils du peintre Julius Quinkhard I, qui fut également son premier professeur.1 En 1710, il vivait et travaillait à Amsterdam, où il reçut l'enseignement de Christoffel Lubieniecki (1659-1729), Nicolaas Verkolje (1673-1746) et Arnold Boonen (1669-1729), tous des artistes importants de l'époque. En plus de produire des peintures, des dessins, des miniatures et des dessins pour des estampes et des gravures, il restaurait des tableaux et faisait du commerce d'art. Quinkhard était l'un des membres fondateurs de la Stadstekenacademie d'Amsterdam, ou académie de dessin. Parmi ses élèves figurent de nombreux artistes importants de l'époque, dont son fils Julius Henricus Quinkhard, Jurriaan Andriessen, Jan de Beijer, Tibout Regters et Jan Stolker. Quinkhard était l'un des principaux portraitistes d'Amsterdam de l'époque, et des portraits de lui se trouvent aujourd'hui dans plusieurs musées, notamment le Rijksmuseum et le Musée d'Amsterdam à Amsterdam et le Centraal Museum à Utrecht. Comme beaucoup de ses portraits se trouvent dans des musées et des institutions, ses portraits n'apparaissent pas fréquemment sur le marché de l'art.

Parmi les œuvres les plus célèbres de Quinkhard figurent les plus de cent portraits miniatures de poètes, connus sous le nom de Panpoëticon Batavum, une idée d'Arnold van Halen (1673-1732), qui a également fourni un grand nombre de portraits lui-même.2 De nombreux portraits du Panpoëticon se trouvent aujourd'hui au Rijksmuseum.

Le présent portrait peut par exemple être comparé au portrait de Margaretha Trip par Quinkhard, conservé au Rijksmuseum d'Amsterdam (fig.).3

1. Pour l'artiste, voir P. Knolle, 'Duitse schilders in de Hollandsche school. Hun komst, verblijf en reputatie 1680-1820', De achttiende eeuw 40 (2008), no. 1, pp. 31-49 et Jane Turner (ed.), The Dictionary of Art, London 1996, vol. XXV, pp. 822-23.
2. Pour la série, voir Lieke van Deinsen, The Panpoëticon Batavum : the portrait of the author as a celebrity, Amsterdam 2016.
3. Huile sur toile, 50 x 39,5 cm, signée et datée " J.M. Qinkhard pinxit 1754 ", inv. no. SK-A-1269 ; Reinier J. Baarsen, Dirk Jan Biemond, Robert-Jan A. te Rijdt, Frits Scholten, Nederlandse kunst in het Rijksmuseum 1700-1800, Zwolle/Amsterdam 2006, pp. 234-235, fig. 43.

White Rose Fine Art

Tableaux et dessins