EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Jacques Augustin Pajou - Marie Antoinette d’Autriche, reine de France
Réf : 72745
55 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Pajou 1818
Provenance :
Collection privée, France
Materiaux :
Huile sur papier marouflé sur toile
Dimensions :
L. 40 cm X H. 31 cm
Galerie Michel Descours
Galerie Michel Descours

Peintures et dessins


04 78 37 34 54
Jacques Augustin Pajou - Marie Antoinette d’Autriche, reine de France

Fils du célèbre sculpteur, Jacques-Augustin Pajou se situe dans la classe des talents honorables, tels Berthon, Garnier, Gautherot, Monsiaux, Mérimée, auxquels il ne manqua qu’une invention capable de rivaliser avec celle de leurs contemporains de premier rang. Elève de Vincent, il concourt en vain au prix de Rome de 1788 à 1792, jusqu’à ce que son enthousiasme patriotique emporte sa détermination artistique. Lorsque la patrie est déclarée en danger en juillet 1792, Pajou rejoint une compagnie des arts levée sur la section du Louvre pour grossir les rangs de l’armée de Dumouriez. Un mois de campagne suffit à dégoûter l’artiste de l’art militaire, « diamétralement opposé à la douce philosophie qui répugne à répandre le sang humain . » De retour à Paris au printemps 1793, il participe à l’éphémère Commune générales des arts créée pour remplacer la ci-devant Académie royale de peinture et de sculpture, ainsi qu’à la Société populaire et ...

Lire la suite

... républicaine des arts qui lui succède à l’automne. Son nom ne se retrouve que de loin en loin dans les annales des arts, du Directoire à la fin de l’Empire, parmi les signataires de pétitions diverses et dans les livrets du Salon. Si ses peintures d’histoire reçoivent un accueil mélangé au Salon (Œdipe maudissant Polynice, 1804, Poitiers, musée Sainte-Croix ; Rodogune, 1810, Paris, musée Carnavalet, acquis auprès de la galerie Descours en 2001), l’artiste est en revanche plus heureux comme portraitiste.

Comme de nombreux artistes républicains de la première heure, Pajou s’accommode des régimes successifs qui lui procurent des commandes et fait sa cour aux Bourbons dès la première Restauration. Pour le moins démonstrative, son allégeance est attestée par sa tentative d’obtenir du baron Chabrol, préfet de la Seine, la commande « d’une composition allégorique destinée à transmettre à la postérité l’image de la régénération opérée en France par le retour du souverain légitime », dont il lui soumet le modello le 12 juillet 1814, lequel se confond sans doute avec Le Retour de Louis XVIII exposé au Salon de la même année (« tableau allégorique », non localisé) . Si ce projet ne connaît pas de suite, la commande par la préfecture de la Seine, en 1817, d’une peinture destinée à orner la cellule de Marie-Antoinette à la Conciergerie transformée en chapelle expiatoire, est le résultat différé de cette première approche. La commande associe trois artistes chargés de représenter chacun un épisode de la captivité de la reine : Drolling, Marie-Antoinette communiant dans sa prison, Simon, Marie-Antoinette en deuil, et Pajou, le moment où « cette auguste et infortunée Princesse, séparée de sa fille et de Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI, est emmenée de la prison du Temple pour être transférée dans celle de la Conciergerie ».

Ce dernier dut cependant abandonner ses espoirs de voir sa peinture d’histoire contemporaine augmenter sa réputation au Salon, en raison sans doute de l’amour propre de la duchesse d’Angoulême, contrariée de se voir mise en scène dans l’un des moments les plus traumatisants de sa vie : « ... j’ai été empêché par ordre supérieur d’exposer au Salon un tableau ordonné par le Préfet de la Seine et destiné pour la Chapelle expiatoire représentant l’Auguste et infortuné Marie Antoinette Reine de France séparée de sa famille et retirée de la prison du Temple pour être transférée à la Conciergerie. J’ai tout lieu d’espérer d’après les témoignages d’un grand nombre d’amateurs et d’artistes qui sont venus le voir que ce tableau exposé au Salon eut fixé avec intérêt l’attention du public ; et d’en conclure que la section de l’Académie qui vient de mentionner plusieurs ouvrages de l’exposition aurait pu faire mention du mien, sans craindre le reproche de partialité . »

Ce tableau est de fait l’une de ses plus grandes réussites. La scène, sise entre deux portes dans un passage dont l’étroitesse augmente l’intensité pathétique, et saisie dans la lumière dramatique d’une torche cachée aux yeux du spectateur, trahit une inspiration théâtrale déjà sensible dans Rodogune, l’exagération en moins. La simplification de l’espace a favorisé une expression des passions plus naturelle et plus touchante, tandis que l’éclairage ténébriste a conditionné une palette restreinte où chaque couleur prend toute sa dimension symbolique : la tenue de deuil de la reine, la blancheur virginale de Madame Royale, l’écharpe tricolore du membre du Comité de Salut Public et son gilet écarlate.

Pajou conserva jusqu’à sa mort une esquisse de ce tableau, la seule répertoriée à ce jour, qui pourrait correspondre à celle que nous publions. L’absence de variante et la date de 1818 semblent indiquer qu’il pourrait s’agir d’un riccordo. Cependant, la technique de l’huile sur papier marouflé sur toile est plus souvent employée au cours du travail préparatoire et il n’est pas impossible que celle-ci soit le modello daté a posteriori par son auteur.

Marie Antoinette séparée de sa famille ne fut pas sans postérité. La nature de l’action, sa tonalité funèbre et le clair-obscur conditionné par le jeu des ouvertures inspireront Révoil au moment de peindre une version métaphorique du sort de Marie-Antoinette dans Marie Stuart séparée de ses fidèles serviteurs, de 1822.

Signée et datée en bas à droite : Pajou / 1818

Galerie Michel Descours

Tableaux XIXe siècle