EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765
Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 - Mobilier Style Louis XV Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 - Antiquités Franck Baptiste Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 - Louis XV Antiquités - Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765
Réf : 87708
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France, Grenoble
Materiaux :
Noyer doré
Dimensions :
l. 159 cm X H. 86 cm X P. 72 cm
Mobilier Console - Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 XVIIIe siècle - Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 Louis XV - Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 Antiquités - Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765

Rarissime table en console à quatre pieds en bois de noyer sculpté et doré.
Modèle à décor rocaille offrant un large galbe en arbalète à l’avant, une découpe trilobée dans les angles et un déport évasé sur les cotés.
En façade, de larges bandeaux « en crêtes de coqs » bordent les traverses chantournées sur fond de treillis à « losanges et points » .
Le centre orné d’une coquille ajourée légèrement asymétrique.
Les cotés sculptés des mêmes bandeaux et agrafés par des rinceaux d’acanthes ajourés.
Avec une courbure « concave » les angles sont ornés d’une coquille terminée par un bec qui « dégeule » un rinceau d’acanthe.
Une « cordelière » à double hachures court sur bordures des pieds et des traverses latérales.
Les pieds terminés par des enroulements ourlés d’une feuille.
Rare plateau en roche « cataclasite »* de 4 cm d’épaisseur, à bec de corbin et cavet, probablement issu de la carrière du Peychagnard ...

Lire la suite

... à la Mure. (Isère)
Bel état de conservation, petites retouches à la dorure et restauration au plateau.

Travail attribuable à Jean François Hache à Grenoble vers 1765-1770.

Dimensions : Hauteur : 86 cm ; Largeur : 159 cm ; Profondeur : 72 cm

*Cataclasite :
Malgré un polissage lumineux, le « plateau » que nous présentons n’est pas un marbre, mais une « cataclasite ».
Ce type de roche cohésive se retrouve presque exclusivement dans les grands massifs Alpins et Pyrénéens.
En premier lieu, d’importants mouvements tectoniques ont fait « exploser » la roche originelle (ici un calcaire gris) créant une large brèche.
Au fil des siècles, la roche primaire, fracturée en petits morceaux anguleux, a été recimentée par une eau riche en calcaire dissout.
Des géodes de «cristaux » sont apparues dans les cavités et se sont rejointes au fil du temps pour combler cette brèche.
Les écarts de teintes blanches dans la calcite de notre plateau sont bien visibles, à droite, avec le processus final de comblement par ces géodes, qui nous offre la relative transparence des cristaux « fraichement » solidifiés.
Nous remercions Mr Maurice Sechier pour ses précieuses informations sur le Calcaire de Laffrey issue des carrières de la Mure.
Pour son analyse, à savoir une utilisation sous l’ancien régime d’un calcaire sans calcite (trait blanc) pour la construction et une utilisation d’un calcaire strié par les ébénistes Hache, plus décoratif mais jugé trop fragile pour la construction.
Son hypothèse sur l’extraction d’un « filon » inversé à dominante de calcite blanche était la bonne.
Nous remercions le professeur Pierre Thomas du Laboratoire de Géologie de l’ENS de Lyon, pour nous avoir décrit, photo à l’appui, tout le processus de formation de cette roche atypique.

Critères d'attribution à Jean François Hache :

-La cataclasite : La roche de notre console est particulièrement rare et à notre connaissance, elle est uniquement présente sur des meubles de Jean François Hache.
On peut la retrouver sur la commode passée en vente à Lyon le 30 Mars 2014 lot 178, sur deux commodes présente dans le livre de R. Fontvieille « La dynastie des Hache » , sur trois commodes (N°132 page 277, N°134 page 281, N°145 page 295 du livre de Pierre et Françoise Rouge « le Génie des Haches », aux éditions Faton), ainsi que sur un secrétaire passé en vente à Troyes, étude Boisseau Pommez le 27/01/18.
Cette production luxueuse forme un corpus cohérent de pièces réalisées par J.F Hache dans les années 1760/70.
Avec son « rocaille assagit », notre console correspond parfaitement à cette période qui signe la fin d’un baroque jugé trop exubérant.
Il est intéressant de noter que la nature des moulures et l’épaisseur de notre plateau sont identiques sur la commode passée en vente à Lyon.


-La forme du plateau, avec un galbe en arbalète, une découpe trilobée et un déport latéral est caractéristique des plateaux de J F. Hache.

-Le décor rocaille et la profondeur de la sculpture correspondent parfaitement aux productions du maître.
Les « bandeaux » partent des angles, forment un « pont » et s’agrafe entre eux par une petite feuille à trois registres.
D’autres particularités comme les cordelières, la feuille d’angle concave terminée par un bec ou le fond à treillis « losanges et points » sont propres aux oeuvres de Jean François Hache.
On peut apercevoir ces différents éléments sur les tables publiées dans le livre le Génie des Haches (N°204 page 392, N°205 page 393, N°207 page 395) ou sur la console passée en vente le 19/01/19 Prunier à Louviers.
Les pieds sont typiques du Dauphiné, (lire descriptif Table console N°205 page 393), on les retrouve sur notre console et sur la table en console passée en vente à Paris, Binoche et Giquello, 10/06/2011, lot 108.
Ils sont une adaptation des « pieds pastilles » que l’on retrouve sur de petites tables mais qui est impossible à mettre en oeuvre sur les grandes consoles.

La structure et le montage :

Contrairement aux consoles provençales dorées, majoritairement réalisées en bois de tilleul notre console présente un épais bois de noyer massif comme l’ensemble des consoles attribuables à l’atelier Hache.
L’irrégularité du plateau est compensée par des cales clouées sur les arases des traverses à l’aide de clous en fer forgé (modèle typique de l’atelier des Hache), pour répartir le poids sur l’ensemble de la structure.

Notre avis :

Au premier regard nous avons tout de suite été interpellés par la beauté du plateau, encore jamais rencontré par nos soins, ce qui, allié à un décor trop sage pour être provençal , nous a poussé à placer le lieu de production de cette console un peu plus haut.
Nos recherches nous ont orienté vers l’atelier des Hache qui usait abondamment des décors rocailles pour satisfaire une riche clientèle basée en vallée du Rhône et en Provence.
Ces tables d’apparat furent peu produites et réservées à une élite de la noblesse, comme nous le montre le trés bel exemplaire de Pierre Hache conservé au château de Grignan .
Fidèle à sa réputation, Jean François Hache va utiliser quasi exclusivement des fournitures régionales, c’est un des leitmotivs de l’entreprise, tout comme la maitrise des coûts de production qui lui permettent d’offrir une marchandise « à juste prix » comme il l’indique si bien sur ces étiquettes publicitaires.
Il va choisir un calcaire strié, moins cher et plus décoratif pour coiffer ses productions, et comble de l’ingéniosité il va exploiter cette fragile roche, de la même manière qu’il va collecter les excroissances des arbres jugés impurs pour en tirer de merveilleuses loupes.
L’art et la manière de sublimer à moindre coûts les « anomalies » de la nature caractérisent parfaitement la créativité du jeune entrepreneur.
Coiffée d’une merveille géologique, notre riche console d’apparat est un trés bel et rare exemplaire des productions en bois sculpté réalisée par les Hache pour la noblesse du Sud de la france.

Antiquités Franck Baptiste

Console Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Importante table à gibier par J.F Hache, Grenoble vers 1765 » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Console Louis XV, Mobilier.