EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e
Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e - Arts d Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e - Victoria Hougron Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e - Antiquités - Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e
Réf : 85554
15 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Chine
Materiaux :
Jade néphrite
Dimensions :
H. 19 cm
Arts d XIXe siècle - Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e  - Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e Antiquités - Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e
Victoria Hougron
Victoria Hougron

Antiquités chinoises et Japonaises


+33 (0)7 51 26 78 70
Important groupe en jade néphrite chinois céladon très pâle des He He Erxian, 19e

Important groupe en jade néphrite chinois de teinte céladon très pâle représentant les frères He He Erxian tenant une branche de lotus et un coquillage, 18/19ème siècle, socle en bois de même époque sculpté en forme de nuages.

Les He He Erxian sont des personnages légendaires du Taoïsme qui dans l'ancienne Chine symbolisaient l'union conjugale. A l'origine il se serait agi de deux frères Ho et He qui se seraient faits moines bouddhistes pour renoncer à l'amour d'une même femme. Il furent canonisés sous le règne de Yongzheng (1723-1735), l'un comme le dieu de l'Harmonie et l'autre le dieu de la Bonne union.

Cette figuration de l'amour conjugal par deux hommes qui ressemblent à des jumeaux, souvent représentés de surcroît comme deux jeunes garçons rieurs, ne cadre peut-être pas à première vue avec la symbolique du couple tel que l'Occidental l'attendrait d'un Chinois mais elle n'est pas hasardeuse en réalité et pourrait même exprimer de manière plus ...

Lire la suite

... profonde qu'il n'y paraît la vision que les Chinois avaient et ont peut-être toujours du mariage.

Il y a sans doute un choix sinon volontaire du moins inconscient au sens vraiment freudien du terme dans ce principe d'une divinité double identitaire pour symboliser l'union conjugale (le couple, c'est quasiment deux fois un même, c'est Ho et He), et cela pourrait tenir à la conception du mariage dans la Chine ancienne, à savoir celle un long compagnonage fait de tolérance et de compromis, basé finalement sur l'amitié bien plus que sur la passion ou les différences physiques entre l'homme et la femme.

C'est du reste un cliché en Chine encore aujourd'hui de signaler que dans un vieux couple heureux, l'homme et la femme finissent par se ressembler et sont comme deux vieux amis, une conception qui se comprend mieux quand on la met aussi en perspective avec la tradition des mariages arrangés, car les mariages en Chine sont toujours ou presque des mariages de raison.

Les frères Erxian Ho et He protégeaient donc le mari et la femme dans le mariage et on en offrait des représentations aux futurs époux lors des noces. C'est ce à quoi était sans doute destiné le présent groupe en jade sculpté dans un lourd bloc de néphrite d'une belle teinte céladon très pâle, aux reflets bleutés presque glacés.

La sculpture faite dans une combinaison puissante de lignes franches et de rondes bosses est pour sa part caractéristique du milieu de la dynastie Qing, sans doute vers 1800, le règne de Jiaqing (1795-1820). Des lignes et gerces naturels se distinguent dans la masse du jade, éléments présents dans la structure originelle du matériau.

Le jade étant réservé à l'époque à l'élite princière et mandarinale, on peut supposer que les mariés étaient issus de deux grandes familles pour recevoir un présent d'une telle valeur. Le socle représentant des nuages signale que nous avons affaire à des dieux chinois puisque leur séjour est céleste.

Victoria Hougron

Arts d'Asie