EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait du Comte de Toulouse -  atelier de Hyacinthe RIGAUD
Portrait du Comte de Toulouse -  atelier de Hyacinthe RIGAUD - Tableaux et dessins Style Louis XIV Portrait du Comte de Toulouse -  atelier de Hyacinthe RIGAUD - Royal Provenance
Réf : 84845
26 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Atelier de Hyacinthe RIGAUD
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 100.4 cm X H. 109.5 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Portrait du Comte de Toulouse -  atelier de Hyacinthe RIGAUD
Royal Provenance
Royal Provenance

Porcelaine de Sèvres, Souvenirs Historiques, Objets de Vertu


+ 33 (0)6 50 00 65 51
Portrait du Comte de Toulouse - atelier de Hyacinthe RIGAUD

Hyacinthe RIGAUD (1759-1843), atelier de.
Portrait du prince Louis-Alexandre de Bourbon, Comte de Toulouse (1678-1737), fils légitimé du roi Louis XIV.
Huile sur toile, représentant le Grand amiral de France à mi-corps, variante d’après la toile de Rigaud de 1708 (localisation inconnue).
H. 109,5 x L. 100,4 cm.
Inscrit au dos : TOULOUSE (Louis Alexandre de Bourbon, / Comte de) Amiral & Grand Veneur de France. / [...] fils légitimé de Louis XIV. / Né le 6 Juin 1678. / Marié le 22 février 1723, à Marie / Victoire Sophie de Noailles. / Mort le 1er décembre 1737.
Porte le numéro Y.o / 78 de la collection d'Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris (1848-1919).
Autre inscription : Petit Salon.
Cadre en bois doré, portant un cartouche titré "LOUIS ALEXANDRE DE BOURBON, COMTE DE TOULOUSE".

Provenance
- Possiblement la collection de Louis-Philippe, duc d'Orléans puis roi des Français (1773-1850), voir Historique ci-après.
- Probablement la collection de son ...

Lire la suite

... fils Antoine d'Orléans, duc de Montpensier (1824-1890).
- Sa fille la princesse Isabelle d’Orléans-Bourbon (1848-1919), comtesse de Paris.
- Galerie des ducs de Montpensier, Séville, 1866, n°31.
- Son fils Ferdinand d’Orléans, duc de Montpensier (1884-1924).
- Son épouse Isabel, duchesse de Montpensier née marquise de Valdeterazo, (1924-1958).
- Son second mari le Marquis veuf de Valdeterrazo (1958-1969).
- Vente Gran colección de procedencia real. Pinturas, esculturas, […] y objetos de Arte procedentes de las colecciones de los Serenisimos Infantes de Espana, Duques de Montpensier, Condes de Paris, Madrid, Fernando Duran, 6 juin 1996, lot 36 (comme Attribué à Hyacinthe Rigaud, repr. p. 28).
- Collection Alain et Catherine Bernard, Paris.

Historique
Si l’original n’est toujours pas localisé, nous en connaissons de nombreuses copies qui avouent leur dette à l’atelier de Rigaud. Marcheteau de Quincay, dans sa récente rétrospective au musée de Caen, a démontré que l'artiste s’était sans doute inspiré du portrait d’Henry de Berghe par Van Dyck, popularisé par l’estampe. Le modèle original est figuré dans un paysage de marine agrémenté d’une tour imaginaire à droite, et portant sur son torse l’insigne de la toison d’or (reçu en 1704) et le cordon de l’ordre du Saint-Esprit (reçu en 1693). D’ailleurs, cette dernière distinction est parfois représentée avec variantes sur les différentes copies. La gravure, quant à elle représente deux ancres croisées supportent les armes des bâtards de Bourbon entourées des colliers des ordres de Saint-Michel, du Saint-Esprit et de la Toison d’Or, surmontées de la couronne de la maison de France.
En tant que Grand Amiral de France, le comte de Toulouse était très aimé de ses subordonnés et ne manquait pas de mérite au combat. Placé à la tête d’une escadre, il fit en effet reconnaître à Messine et à Palerme l’autorité de Philippe V en 1702 avant de battre, près de Malaga deux ans plus tard, une flotte anglo-hollandaise. Blessé, il bloquera Barcelone en 1706, mais devra finalement s’en éloigner face à la flotte anglaise nettement supérieure. Le choix de la marine de fond s’imposait donc. Hulst relate la genèse de cette seconde effigie : « Cette même année 1708, il commença le portrait de M. le comte de Toulouse, fils du roi et grand amiral de France. Ce portrait est sur une toile de cinq pieds de haut ; dans le fond est une marine agitée par la tempête » (extrait du catalogue raisonné par Stéphan Perreau).
La provenance Orléans-Montpensier de notre œuvre pourrait suggérer que celle-ci a pu figurer dès l'origine dans les collections du descendant du comte de Toulouse. En effet, par son fils le duc de Penthièvre (1725-1793) puis à sa fille Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, duchesse d'Orléans (1753-1821), ce tableau a pu se retrouver au sein des collections du duc d'Orléans, futur roi Louis-Philippe Ier (1773-1850), puisqu'on sait grâce à la vente de 1996 qu'elle a dû appartenir à son fils Antoine, duc de Montpensier, ou au moins à la fille de ce-dernier, dont figure le chiffre au tampon au dos de la toile. À moins qu'il provienne du côté des rois d'Espagne, Isabelle d'Orléans étant également petite-fille du roi Ferdinand VII d'Espagne.

Royal Provenance

Tableaux XVIIIe siècle Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait du Comte de Toulouse - atelier de Hyacinthe RIGAUD » présenté par Royal Provenance, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIIe siècle Louis XIV, Tableaux et dessins.