EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Hippolyte Flandrin (1809-1864) - Jérémie et Judith, études Saint-Germain-des-Prés, 1856
Hippolyte Flandrin (1809-1864) - Jérémie et Judith, études Saint-Germain-des-Prés, 1856 - Tableaux et dessins Style
Réf : 75732
28 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Hippolyte Flandrin (1809-1864)
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur traits de graphite, plume et encre noire, sur papier calque
Dimensions :
L. 16.5 cm X H. 34 cm
Galerie Michel Descours
Galerie Michel Descours

Peintures et dessins


04 78 37 34 54
Hippolyte Flandrin (1809-1864) - Jérémie et Judith, études Saint-Germain-des-Prés, 1856

En 1839 Hippolyte Flandrin fut désigné par le département de la Seine pour réaliser le décor de l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés. Le programme élaboré par les pères jésuites Charles Cahier (1807-1882) et Arthur Martin (1807-1856) aboutit en quatre campagnes dévolues, dans l’ordre chronologique, au sanctuaire, à la Chapelle des Apôtres, à la nef et au transept. Réalisé entre 1856 et 1863, le décor de la nef, le plus étendu de l’ensemble, se compose d’un cycle narratif illustrant l’histoire de la Révélation, depuis la Création jusqu’à la Prédication des Apôtres, surmonté d’un registre de figures de l’Ancien Testament isolées sous des arcades. Nos deux huiles sur papier préparent celles de Jérémie (« ou la Désolation : il se lamente et annonce la ruine de Jérusalem ») et de Judith, qui occupent respectivement la quatrième travée du côté droit et la cinquième du côté gauche.
Si la répartition du chantier entre les collaborateurs de Flandrin n’a pu être précisée, la provenance de ces deux feuilles permet au moins de formuler une hypothèse sur l’exécutant des deux figures en grand. Comme le signale la marque apposée dans l’angle inférieur de chacune, elles ont appartenu à Jean-Baptiste Poncet, l’un des fidèles élèves d’Hippolyte et son principal collaborateur dans la réalisation de la nef, avec Camille-Auguste Gastine. On peut par conséquent raisonnablement en déduire que Poncet conserva les modelli des parties du décor dont l’exécution lui échut. Ils présentent certes des variantes avec les oeuvres définitives, mais mineures : le drapé de Judith n’arbore encore aucun ornement (contrairement à l’autre exemplaire connu, cat. exp. 1984, n° 81) et le format de Jérémie est encore rectangulaire, des variantes qui, en somme, n’enlevaient rien à leur utilité.
Saint-Germain-des-Prés est le plus grand décor religieux de Flandrin, et le plus abouti. Ces deux peintures appartiennent par conséquent à l’un des principaux chapitres de l’histoire du renouveau de la peinture religieuse en France au XIXe siècle et montrent l’apport de l’artiste dans ce domaine : un détournement archaïque du grand modèle raphaélesque, l’union de la perfection du dessin hérité des grands maîtres du XVIe siècle à la simplicité de la peinture byzantine.

Vente Jean-Baptiste Poncet (1827-1901), élève d’Hippolyte Flandrin, du 25 mars – 2 avril 1901, marqu

Galerie Michel Descours

XXe siècle
Raoul Ubac, Composition, 1946
Raoul Ubac, Composition, 1946

20 000 €

Tableaux XIXe siècle