EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722)
Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722) - Arts d Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722) - Victoria Hougron Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722) - Antiquités - Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722)
Réf : 87034
15 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Kangxi (1662-1722)
Provenance :
Chine
Materiaux :
Fonte de fer
Dimensions :
H. 73.5 cm
Arts d XVIIIe siècle - Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722)  - Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722)
Victoria Hougron
Victoria Hougron

Antiquités chinoises et Japonaises


+33 (0)7 51 26 78 70
Grande statue de l'Empereur de Jade en fonte de fer, période Kangxi (1662-1722)

Empereur de Jade en fonte de fer, arborant, en relief et sur l'arrière du trône sur lequel il est assis, une date cyclique correspondant à la fin du règne de l'Empereur Kangxi (1662-1722)

L'Empereur de Jade ("Yuhuang Dadi") est une figure légendaire du taoïsme qui régit tous les autres dieux du panthéon ancien chinois. Il est reconnaissable à sa coiffe caractéristique et à sa posture les mains jointes cachées dans les amples manches de sa robe impériale. Il incarne le principe de la régulation et de la stabilité des éléments célestes.

C'est sous la dynastie Yuan (1279-1368) qu'apparaissent les premières fontes de fer, alternatives moins onéreuses au bronze pour l'art religieux statuaire. Sous les Ming (1368-1644), les grandes figures en fonte de fer continuent d'être produites, à plus large échelle même, car le bronze est réservé aux armes dont les guerres sous les Ming furent de grandes consommatrices. On peut voir au Musée Guimet trois statuettes ...

Lire la suite

... des rois des enfers bouddhistes en fonte de fer (Yanluo wang, Biancheng wang, Songdi wang) exécutées sous la dynastie Ming, preuve que les sujets bouddhiques étaient aussi traîtés dans ce matériau. Sous la dynastie Qing (1644-1912), les premiers empereurs Mandchous ramènent la prospérité avec la paix, et le bronze détrône pour de bon, dans les temples, la fonte de fer qui restera définitivement associée aux dynasties antérieures Yuan et Ming.

Cette grande statue appartient donc aux toutes dernières productions de ce type, sous la dynastie Qing naissante avec le règne de l'Empereur Kangxi (1662-1722). Elle ornait de toute évidence un temple taoïste or on sait que Kangxi, second empereur de la jeune dynastie Qing, eut à coeur d'unifier la Chine en remettant à l'honneur les trois philosophies spirituelles chinoises : le taoïsme de l'ethnie dominante Han, la plus ancienne, le confucianisme des lettrés et le bouddhisme, arrivé le dernier depuis l'Inde.

La fin du 17ème siècle et le début du 18ème voient donc au cours du long règne de Kangxi une production encore assez équilibrée de figures religieuses taoïstes et bouddhistes pour leurs cultes respectifs dans les temples, puis à partir de Yongzheng (1723-1735), son fils, et plus encore de Qianlong (1736-1795), son petit-fils, l'équilibre est rompu en faveur du bouddhisme tibétain, un courant sectaire qui devient finalement la religion officielle de la minorité mandchou qui a pris le pouvoir en Chine à partir de 1644.

La figure de l'Empereur de Jade n'a sans doute pas été, pour cette statue d'une taille et d'un poids impressionnants, choisie au hasard par les commanditaires de cette oeuvre, ordinairement une famille riche bénéficiant de charges et prébendes impériales, car, destinée à un temple traditionnel taoïste, elle représentait bien le désir affiché de stabilité et de fusion des traditions du nouveau pouvoir mandchou.

A travers elle, les commanditaires faisaient donc aussi l'éloge du régime en place et de son empereur oecuménique, Kangxi, célèbre à juste titre dans l'Histoire de la Chine pour avoir réussi le premier à pacifier et réunifier totalement le vaste Empire chinois, au terme de longues et épuisantes années de campagnes militaires.

Victoria Hougron

Arts d'Asie