EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619
Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 - Tableaux et dessins Style Louis XIV Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 - Galerie PhC Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 - Louis XIV Antiquités - Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619
Réf : 69800
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Collection particulière
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 83 cm X l. 68 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 XVIIe siècle - Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 Louis XIV - Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 Antiquités - Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619
Galerie PhC
Galerie PhC

Tableaux anciens des 17e, 18e et 19e siècles


+33 (0)6 62 09 89 00
+33 (0)6 62 09 89 00
Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619

Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619-1690)

Notre tableau représente probablement une scène de la vie d’Alexandre

Toile de 68 cm par 56 cm.
Superbe cadre ancien de 83 cm par 72 cm

Charles Lebrun (1619-1690)

Charles Le Brun (ou Lebrun) est le fils du sculpteur Nicolas Le Brun qui travailla à l’hôtel particulier du Chancelier Pierre Séguier (1588-1672). Séguier apparient à la haute magistrature et il deviendra le protecteur de l’académie. Dès l’âge de onze ans, le jeune Charles est remarqué par Séguier qui le loge dans son hôtel et lui donne pour professeur le peintre Simon Vouet (1590-1649). Le Brun commence à produire sous la direction de Séguier à partir de l’âge de quinze ans. Le grand maître du classicisme Nicolas Poussin (1594-1665) prend ensuite le relai de Vouet auprès de Le Brun. Le jeune peintre va accompagner Poussin à Rome en 1642 et il y restera quatre ans. Bien entendu, pour se former, Le Brun copie les antiques romains mais aussi Raphaël, les Carrache et Pierre de Cortone. Il peint également plusieurs tableaux dans le style histoire antique.
En 1646, Le Brun est de nouveau à Paris. Avec l’appui de Séguier il obtient immédiatement d’importantes commandes. L’influence de Séguier lui permet également d’obtenir de Mazarin (1602-1661) la fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1648. Il en devient secrétaire. Lorsque Nicolas Fouquet (1615-1631), le richissime surintendant des Finances, lui propose de décorer son château de Vaux-le-Vicomte, Le Brun peut déployer toute la palette de son savoir-faire. Murs, plafonds, sculptures, tapisseries, jardins sont réalisés sous sa direction de 1656 à 1661.
La disgrâce de Fouquet n’atteint pas Le Brun. Il travaille en effet également pour Colbert (1619-1683) et pour le roi Louis XIV (1638-1715). En 1663, Colbert le nomme directeur de la manufacture des Gobelins spécialisée d’abord dans les tapisseries mais qui fabriquera également des meubles et objets d’art à partir de 1667. Entre le Brun et Louis XIV, il y a des affinités esthétiques (goût du classique, de la grandeur, de la solennité) que le peintre saura parfaitement mettre au service des ambitions du grand roi. Les commandes royales se succèdent, en particulier une série de grands tableaux historiques illustrant la gloire d’Alexandre : Entrée d’Alexandre dans Babylone (1664). Directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1663, Premier peintre du Roi en 1664 (avec une pension annuelle de 12 000 livres), Charles Le Brun incarne la réussite artistique. Mais la grande affaire est évidemment la décoration du château de Versailles dont il est chargé à partir de 1661. Il y travaillera pendant trente ans, supervisant et dirigeant les réalisations de plusieurs centaines d’artistes et d’artisans. Ses réalisations personnelles sont impressionnantes eu égard à toutes les responsabilités qu’il assumait : escalier des Ambassadeurs, galerie des Glaces, salons de la Paix et de la Guerre. La puissance de travail de Le Brun est exceptionnelle.
Au début des années 1670, il travaille à la décoration du Château de Sceaux, propriété de Colbert. Lorsque le marquis de Louvois (1641-1691) succède à Colbert au poste de surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures, en 1683, il remplace Le Brun par Pierre Mignard (1612-1695). Le Brun se retire alors et il décède à Paris en 1690

Galerie PhC

Tableaux XVIIe siècle Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Ecole française de la fin du 17è siècle attribuée à l’atelier de Charles Lebrun (1619 » présenté par Galerie PhC, antiquaire à Troyes dans la catégorie Tableaux XVIIe siècle Louis XIV, Tableaux et dessins.