EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919)
Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919) - Tableaux et dessins Style Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919) - Segoura Fine Art Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919) - Antiquités - Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919)
Réf : 93421
130 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Georges Clairin (1843 –1919)
Provenance :
Paris
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 90.5 cm X H. 151 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919) XIXe siècle - Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919)  - Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919) Antiquités - Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919)
Segoura Fine Art
Segoura Fine Art

Tableaux, Mobilier et Objets dart des 17e, 18e et début 19e siècle


+33 (0)6 71 62 45 95
Froufrou, c. 1882 - Georges Clairin (1843 –1919)

Georges Clairin (Paris, 1843 – Belle-Ile-en-Mer, 1919)


Tableau signé en bas à gauche : G. Clairin

Inscriptions
- Marque au pochoir sur la toile du fabriquant de toiles, de couleurs, et encadreur Hardy-Alan, au 36 rue du Cherche Midi à Paris.

- Etiquette du Van Vechten-Lineberry Taos Art Museum (Nouveau Mexique) : Portrait d’une actrice (Portrait of an Actress), c. 1882, 151 x 90,5 cm (60 x 35 inches), huile sur toile, don de E. C. Lineberry


Provenance
Collection personnelle de Duane Van Vechten & Edwin C. Lineberry à Taos (El Rancho de la Mariposa (Butterfly Ranch), Nouveau-Mexique).
A partir de 1994 au Van Vechten – Lineberry Taos Art Museum, Nouveau-Mexique (Etats-Unis).


Notice d’œuvre
L’œuvre de Georges Clairin est protéïforme, elle ne peut se résumer à un style ou un genre de peinture. L’artiste est si doué qu’il maîtrise aussi bien le portrait peint, le tableau d’histoire, les scènes orientalistes que les décors d’opéra et ...

Lire la suite

... de théâtre. Georges Clairin est un artiste surprenant et séduisant. Il sait rendre ses sujets irrésistibles à l’instar du personnage de Froufrou dont il décline avec brio le tumulte de son existence.
Froufrou est le titre d’une comédie dramatique écrite par les auteurs des livrets
d’Offenbach, Henri Meilhac et Ludovic Halévy, représentée pour la première fois, à Paris, au
théâtre du gymnase, le 30 octobre 1869. Froufrou est le surnom de Gilberte Brigard, l’héroïne de
la pièce. Elle le tient du bruit charmant que fait le frottement de ses robes de soie précédant son
arrivée. L’ambiguïté du personnage de Froufrou vient de son attitude changeante, traversant les épisodes de la vie tantôt avec le dilettantisme de la jeunesse parisienne de l’époque, tantôt avec le point des convenances. Or, pour
incarner ces tempêtes intérieures, il fallait « un interprète d’une incomparable virtuosité1 » que l’on trouva en la présence de l’actrice la plus célèbre de son époque et grande amie du peintre : Sarah Bernhardt. Cette dernière reprend le rôle dans le cadre d’une tournée européenne en Angleterre, Belgique et Danemark à partir du mois de juin 1880, en préparation de la tournée française de vingt-cinq représentations qui débute en septembre. Sarah Bernard joue à nouveau Froufrou au théâtre de la Porte-Saint-Martin en septembre 1883. Le rôle de Froufrou est l’un des plus grands succès personnel de Sarah Bernhardt. Elle incarne parfaitement la parisienne excentrique. Sept changements de costumes sont prévus pour la grande tragédienne. Le public parisien est conquis par son interprétation : « (..) dans Froufrou, elle nous fait trembler et pleurer tout à la fois (...) dans cette succession d’actes où l’héroïne doit être tour à tour comédienne et tragédienne, tantôt frivole, pétulante, capricieuse et légère, tantôt sérieuse, touchante, violente et emportée2 ». Sarah Bernhardt incarne à la perfection l’ingénue parisienne des années 1880. Comme l’explique le critique dramatique Francisque Sarcey : « si l’on veut dans cent ans connaître les mœurs de ces dames à ce moment de notre siècle (...) », il faudra se pencher sur Froufrou qui appartient désormais à la galerie des héroïnes théâtrales auprès d’Ophélie, Sylvia, Rosine ou Henriette », « qui tou(te)s sentent la vie du modèle et le pouce de l’artiste qui observe ».

Rendez-vous sur notre site internet pour connaitre l'histoire de cette peinture par Georges Clairin.
www.segourafineart.fr

Segoura Fine Art

Tableaux XIXe siècle