EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
François-Marius Granet, Intérieur de la basilique Saint-Denis
Réf : 75774
28 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Signé en bas à droite : Granet
Provenance :
Collection privée, France
Materiaux :
Plume et encre brune, lavis brun, aquarelle et rehauts de gouache blanche sur papier marouflé sur ca
Dimensions :
L. 54.5 cm X l. 42 cm
Galerie Michel Descours
Galerie Michel Descours

Peintures et dessins


04 78 37 34 54
François-Marius Granet, Intérieur de la basilique Saint-Denis

Originaire d’Aix-en-Provence, François-Marius Granet s’est établi à Rome en 1802 pour y pratiquer le paysage. Cet ancien élève de David s’est rapidement découvert un génie pour les « intérieurs » d’église et les scènes de genre historiques acclimatées dans la Rome des premiers chrétiens, de la Renaissance ou du Seicento. A la fin de juillet 1824, le peintre retrouve définitivement Paris pour y devenir conservateur des tableaux des musées royaux, abandonnant à regret l’univers qui a fait son succès.
Sans modifier en profondeur le contour de sa production, caractérisée par une saveur rustique et un style simple, vigoureux et contrasté, la redécouverte du paysage francilien l’oriente vers des recherches formelles plus nuancées, dont témoignent les aquarelles des vues de la Seine et du parc de Versailles (musée du Louvre, département des Arts graphiques et musée Granet, Aix-en-Provence). Ces expériences n’éveillent cependant pas d’intérêt pour les monuments français. L’absence d’architecture gothique dans son oeuvre pourrait laisser penser qu’il l’a soigneusement contournée ou ne l’a tout simplement pas vu, sans doute trop aérienne et lumineuse à son goût.
Comme le montre notre Intérieur de la basilique Saint-Denis, une fois au moins Granet aura été séduit par un édifice de ce temps. La basilique, il est vrai, cumule les qualités pittoresques : ses ogives élancées, sa vertigineuse spatialité et son éclairage subtil tout en restant spectaculaire, lui auront sans nul doute procuré une expérience unique. Elle lui a inspiré l’un de ses intérieurs les plus scénographiques dans le domaine du dessin. Le point de vue détermine une composition asymétrique scandée par les faisceaux verticaux des travées. La répartition contrastée des jours et des ombres, qui accentue encore l’asymétrie, ainsi que la clôture surmontée d’un autel flamboyant à l’avant-plan exaltent la perspective, tandis que les drapés disposés dans les angles supérieurs achèvent de théâtraliser l’architecture.

Galerie Michel Descours

XXe siècle
Raoul Ubac, Composition, 1946
Raoul Ubac, Composition, 1946

20 000 €

Dessin, Aquarelle & Pastel