EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré
Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré - Céramiques, Porcelaines Style Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré - Galerie Tiago Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré - Antiquités - Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré
Réf : 84945
12 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Chine - France
Materiaux :
Porcelaine, bronze doré
Dimensions :
H. 28 cm | Ø 12 cm
Céramiques, Porcelaines  - Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré XVIIIe siècle - Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré  - Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré Antiquités - Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré
Galerie Tiago
Galerie Tiago


+33 (0)6 60 58 54 78
Fontaine à parfum porcelaine Imari et bronze doré

Fontaine à parfum en porcelaine Imari kinrandé montée en bronze doré à partir d’un même ensemble de porcelaines. La coupe et le bol forment le pied, le pot couvert le contenant à parfum.
Décor bleu sous couverte avec rehauts d’or d’entrelacs de fleurs de lotus. Sur chacune des pièces de céramique, deux espaces quadrilobés et pans avec motifs floraux (pin, lycoris jaune et rouge, œillet, phlox mousse, bambou) et deux renards. Haut du pot avec un motif de chrysanthème. L’intérieur de la fontaine présente un bandeau de même décor bleu et d’entrelacs dorés avec des médaillons de pivoines. Marques symboliques en-dessus du pied et à l’intérieur du contenant à parfum.
Monture en bronze doré ciselé, robinet en forme de dragon.

Le imari kinrandé ou « imari de brocarts » fait son apparition au Japon à la fin du XVIIe siècle. Il se caractérise par la qualité de sa pâte, et la richesse des décors foisonnants (voire chargés) délimités en ...

Lire la suite

... zones symétriques laissant peu de surfaces libres. La couleur bleue, sous couverte, est systématique et s’y associent le rouge, le vert et l’or.
Ce style perdure jusqu’au XIXe siècle, devenant plus sobre avec le temps. Il connait un succès très important en Occident et est copié à la perfection en Chine.
Les copies chinoises, à laquelle appartient notre fontaine, débutent dans les années 1720 à la demande des Hollandais afin de concurrencer la production nippone devenue trop chère. En ce sens, les exportations japonaises Imari kinrandé déclinent au profit de la Chine à partir des années 1730, notamment sous Qianlong (1736-1795). Les plus belles pièces étaient généralement issues des fours de Jingdezhen.

Porcelaine de type Imari kinrandé – Chine, XVIIIe siècle

Monture en bronze doré : France XVIIIe siècle

Hauteur 28 cm – Diamètre 12 cm

Galerie Tiago

XIXe siècle
Théière Banko - Japon - Meiji
Théière Banko - Japon - Meiji

2 000 €

Céramiques, Porcelaines