EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi
Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi - Arts d Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi - Victoria Hougron Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi - Antiquités - Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi
Réf : 85549
9 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Chine
Materiaux :
Porcelaine
Dimensions :
H. 53 cm
Arts d XVIIIe siècle - Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi  - Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi Antiquités - Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi
Victoria Hougron
Victoria Hougron

Antiquités chinoises et Japonaises


+33 (0)7 51 26 78 70
Verseuse Duomuhu en émaux 5 couleurs "wucaï", période Kangxi

Exceptionnelle verseuse en porcelaine et émaux 5 couleurs "wucaï" de forme Duomuhu, période Kangxi (1662-1722).

Cette verseuse reprend la forme d'originales verseuses en métal cuivré, les verseuses Duomuhu, utilisées dans l'ancien Tibet pour conserver le lait de Yack, lequel était ajouté au thé que les moines tibétains bouddhistes consommaient en grande quantité pour pouvoir endurer les longues heures de prières.

Sous le règne de Kangxi (1662-1722), le second empereur Qing issu de la minorité mandchou, ethnie qui avait embrassé le bouddhisme tibétain, de telles verseuses sont fabriquées à des fins cette fois décoratives, en des matières variées et pas seulement en métal : en bois de zitan, en émaux cloisonnés et même en laque. Les verseuses Duomuhu en porcelaines sont parmi les plus rares, avec celles en laque et en zitan, à s'inspirer de cette forme à forte connotation spirituelle bouddhique.

On remarquera l'usage de la palette 5 couleurs "wucai" ...

Lire la suite

... qui signale une production assez tôt dans le règne de Kangxi puisqu'encore dépendante d'une technique de polychromie exigeante (le bleu sous couverte cuit d'abord à grand feu puis le reste des émaux colorés sur couverte cuits à feu de mouffle), plutôt en usage, de surcroît, sous la dynastie Ming et les empereurs de la période de Transition, notamment sous Shunzhi (1644-1661), le père de Kangxi.

Le motif fait de couleurs vives et joyeuses vise ici à occuper au maximum la surface disponible, à nouveau dans une esthétique encore très proche des Ming (on pensera à la porcelaine "wucai" fabriquée sous le règne de Wanli (1573-1620) notamment avec ses décors chargés). On relève un décor de pivoines omniprésent qui composent une dominante rouge (le bonheur) très en faveur dans la Chine ancienne, en outre, cette fleur symbolise la combinaison "richesse-honneur-pouvoir".

S'y ajoutent des décors de lanternes multicolores analogues aux motifs de brocards abstraits qu'on a pu rencontrer sur les Kraak de la période Wanli à nouveau. Ces lanternes rondes ou carrées sont aussi des éléments portes-chance car évoquant la Fête de Lanternes qui clôture en Chine les fêtes du Nouvel An chinois. Enfin on relève deux des "8 objets précieux" du lettré, à savoir la peinture (un losange ) et la perle enrubannée.

Cet ensemble de signes très auspicieux relèvent des objets porteurs de bonne chance utiisés pour les porcelaines à destination domestique et plus précisément mandarinale : c'est donc de toute évidence à un lettré féru de bouddhisme que fut destinée cette insolite et rare verseuse du début du 18ème siècle.

Victoria Hougron

Arts d'Asie