EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire.
Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. - Collections Style Empire Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. - Bertrand Malvaux Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. - Empire Antiquités - Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire.
Réf : 79418
3 500 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze et Cuir
Collections Armes & Souvenirs Historiques - Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. XIXe siècle - Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. Empire - Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. Antiquités - Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire.
Bertrand Malvaux
Bertrand Malvaux

Armes anciennes et souvenirs historiques


+33 (0)6 07 75 74 63
+ 33 (0)2 40 73 36 00
Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire.

Monture en bronze doré. Garde à une branche, décor de branches d'olivier, d'une étoile et de monstres marins vers le pommeau. Croisière en forme d'écu décoré du visage du soleil sur fond rayonnant. Double quillon en forme de faisceau de licteur terminé par des têtes de monstre. Pommeau en forme de casque empanaché à l'antique. Poignée en bois entièrement filigrané d'argent avec viroles en laiton doré. Clavier de feuilles d'acanthe et de moulures torsadées et d'une tête de personnage casqué. Ce clavier est fabriqué de manière à être porté au ceinturon, le clavier est donc réduit à sa partie extérieure.

Lame de 75,5 cm de long gravée et dorée sur son premier tiers de motifs floraux et trophées militaires sur fond bleui.

Fourreau en cuir verni noir à deux garnitures de laiton doré.

Très bon état, exemplaire ayant gardé toute sa dorure, filigrane en parfait état, la lame a gardé son poli d'origine avec quelques oxydations minimes, son doré et ...

Lire la suite

... son bleui sont intacts, fourreau avec cuir d'origine avec quelques frottement minimes.

On y joint le petit ouvrage de J. de Martineng « Notice sur l'Amiral Comte Truguet ».

France.

Premier Empire.

PROVENANCE :
Vente des souvenirs de l'Amiral, Maîtres Couret, Bourcher et Maunier, Toulon le 28 mars 1998, n° 462 de la vente
BIOGRAPHIE :
Origines et famille
D'origine aristocratique, Laurent de Truguet est le fils de Jean François Truguet (1709-1788), officier de marine, chef d'escadre et major général à Toulon, et de sa femme Dorothée David (1724-1810). De cette union naissent trois enfants :
• Thérèse Dorothée Truguet, elle épouse Joseph Jules François de Martineng, capitaine de vaisseau
• Laurent Truguet (1752-1839)
• Augustin Truguet (1753-1793)

La jeunesse jusqu'à la Révolution
Il entre dans les Gardes-marine en 1765. Il navigue successivement sur l'Hirondelle, la Provence, l'Atalante, la Pléiade et la Chimère. Il obtint plusieurs prix, décernés par Louis XV aux gardes les plus instruits. Il est enseigne de vaisseau en 1773 et avait déjà fait huit campagnes en 1778, lors de la déclaration de guerre à la Grande-Bretagne.

Guerre d'indépendance américaine
Article détaillé : Guerre d'indépendance des États-Unis.
Lors de la guerre d'Amérique, il sert sur la frégate l'Atalante puis le vaisseau l'Hector sous le comte d'Estaing et participe au combat de Sainte Lucie. Lieutenant de vaisseau en 1779, bien que lui-même grièvement blessé, il sauve la vie de l'amiral d'Estaing lors de l'attaque terrestre de Savannah, ce qui lui vaut d'être nommé Chevalier de l'Ordre de Saint Louis.
Sur le Languedoc puis le Citoyen, il participe aux différents combats des escadres Guichen puis de Grasse (bataille de la Chesapeake, prise de Saint Christophe, bataille des Saintes).
Major de Vaisseau en 1784, il prit part aux travaux de coopération militaire engagés par M. Choiseul-Gouffier, ambassadeur à Constantinople, travaux qui visaient à instruire les Turcs dans l'art des fortifications, de l'artillerie, de la fonderie, de la construction des vaisseaux, etc. Entre autres activités, Truguet commandait un brick, le Tarleton, que l'Ambassadeur utilisait pour promener ses hôtes de marque ainsi qu'à des repérages et relevés divers cartographiques en support de l'ouvrage qu'il préparait, "Le Voyage pittoresque de la Grèce"; c'est à bord de ce navire qu'Achille Tondu, le jeune astronome de l'Observatoire de Paris détaché par Jean-Dominique Cassini et Méchain auprès de l'Ambassadeur, réalisa le relevé complet des côtes des Dardanelles en 1785 et du nord de la Troade début 17861 . Truguet réalisa en 1787 à Constantinople, un "Traité de Marine" qui fut traduit en turc pour la formation des officiers de l'Empire Ottoman. Choiseul Gouffier lui confia aussi une mission en Égypte où il conclut des traités avec différents beys, permettant le transit et la protection des marchandises françaises entre Alexandrie et Suez. Toutefois, l'hostilité de la Compagnie des Indes soucieuse de préserver son monopole puis la Révolution empêchèrent leur mise en œuvre.

Sous la Révolution
De retour en France en 1789, il fut envoyé à Brest en 1790 pour y prendre le commandement d'une frégate destinée à une mission que les événements empêchèrent. Il fit alors un voyage en Grande-Bretagne pour y compléter ses connaissances nautiques. Capitaine de vaisseau le 1er janvier 1792, il fut élevé dès juillet suivant au grade de contre-amiral, et reçut le commandement des forces navales de la Méditerranée avec pavillon sur le vaisseau le Tonnant. Il bombarda Nice, Villefranche et Oneille, tandis que le général Montesquiou s'emparait de la Savoie. Il fut chargé cette même année de coopérer, avec sa flotte, à la conquête de l'île de Sardaigne ; il se disposait à bombarder Cagliari, lorsqu'une insurrection éclata parmi les troupes de débarquement ce qui l'obligea à lever le siège et à les rembarquer.
Passant par la Corse, il fut reçu par la famille Bonaparte et noua un début d'idylle avec Elisa, sœur du futur Empereur. Il garda toujours des relations proches de la famille de Napoléon. De retour à Toulon en mars 1793, il se rendit à Paris ; il obtint l'adoption d'un Code pénal maritime destiné à prévenir désormais insurrections et mutinerie mais qui provoquera bien des remous dans les ports. Il est destitué à la suite de la journée du 31 mai et emprisonné lors de la publication de la loi des suspects. Il est libéré le 9 Thermidor.
Il est promu vice-amiral en 1795 et ministre de la Marine du Directoire de novembre 1795 à juillet 1797. Pendant ses deux années de ministère, il rétablit la discipline et un peu d'ordre dans les ports et arsenaux; il rappela des anciens officiers écartés par les événements politiques. Sur pression du général Hoche, il présenta au Directoire, le projet d'expédition d'Irlande, avec Morard de Galles comme commandant des forces maritimes. Cette opération sera un fiasco complet. Il organisa et envoya dans l'Océan Indien la division de frégates sous les ordres de Sercey.
Il s'efforce de faire respecter dans les colonies le décret d'abolition de l'esclavage de 1794, appuie la création d'un collège destiné aux enfants noirs et métis près de Paris; ce collège accueillera notamment les fils de Toussaint Louverture. Il sera fermé par Decrès en 1802.
Truguet prend aussi l'initiative de faire rédiger un nouveau règlement de tactique navale qui sera adopté en l'an V. Il rompt avec les conceptions exclusivement défensive du règlement de 1769. Il officialise et systématise la constitution d'une escadre légère d'attaque au sein de chaque flotte. Ce règlement sera complété par celui de l'an IX que Truguet inspirera aussi.
Lors du remaniement ministériel qui prépare le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), il est remplacé par Georges-René Pléville Le Pelley.
Il reçoit toutefois l'Ambassade de France en Espagne, mais est rayé des cadres sous prétexte de n'ê

Conditions générales de livraison :

Tous les objets sont envoyés en recommandés, assurés, soit par La Poste, soit par transporteur express (FEDEX, UPS, DHL…).
Prix sur demande.

Bertrand Malvaux

Armes & Souvenirs Historiques Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Épée d'officier de marine ayant appartenu à l'amiral comte laurent de truguet, modèle prairial an xii, premier empire. » présenté par Bertrand Malvaux, antiquaire à Nantes dans la catégorie Armes & Souvenirs Historiques Empire, Collections.