EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage
Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage - Tableaux et dessins Style Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage - Galerie Philippe Guegan Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage - Antiquités - Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage
Réf : 78821
10 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile, cadre en bois doré
Dimensions :
l. 80 cm X H. 100 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage XIXe siècle - Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage  - Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage
Galerie Philippe Guegan
Galerie Philippe Guegan

Antiquités, Beaux-Arts et Art Contemporain


+33 (0)6 60 15 87 49
Edouard Pingret (1785-1867) - Portrait de jeune fille dans un paysage

Édouard PINGRET (Saint Quentin 1785 - Paris 1867)
Portrait d'une jeune fille à la robe blanche dans un paysage
Vers 1825-1830, huile toile, non signée
100 x 80 cm
Dans son cadre d'origine, à palmettes en bois stuqué et doré
115 x 95 cm

Edouard Pingret, élève de David et de Regnault, fut peintre d'histoire, de scènes de genre et un portraitiste recherché.
Il s'était fait une spécialité de portraits en pieds représentés dans des paysages, comme en témoigne le titre de son premier envoi au Salon en 1810 : Portrait de jeune fille dans une paysage, tenant un chapeau de paille (n°655). Il resta fidèle toute sa vie à ce mode de composition qui fit son succès. Il représente les sujets masculins, dans la pratique d'une activité sportive, le plus souvent en chasseur, et les jeunes femmes posant le temps d'une halte lors d'une promenade.

L'examen attentif de ce portrait nous révèle d'ailleurs, le décor représenté n'est pas seulement celui d'une halte, mais ...

Lire la suite

... le but ultime de cette promenade, et qu'il fut le lieu d'un serment d'amour.
Plusieurs éléments de cette composition font écho au langage amoureux, comme les deux troncs enlacés qui bordent la droite du tableau, ou l'œillet que la jeune fille tient dans ses mains. Dans le langage des fleurs l'œillet est la fleur de l'amour, et cet œillet. blanc est celui de l'amour fidèle. Enfin l'un des troncs porte la marque d'un graffiti rédigé en latin, couronné de deux cœurs enlacés, dont la signification "Si ! Semper" [oui ! pour toujours] est sans équivoque.

Dans une veine parfaitement romantique, Pingret représente donc une jeune femme amoureuse, qui bravant une météo incertaine est revenue sur le lieu d’un serment d’amour. Sa robe blanche et délicate, assemblée dans une étoffe fine et transparente, d'un blanc immaculé apporte un contraste avec l’amas rocheux sur lequel elle prend appui et le tronc noueux des arbres sous lesquels elle se tient. Sa silhouette forme un halo de lumière virginale dans une composition éclairée d'une lumière crépusculaire. Un coin de ciel bleu est encore visible en haut à gauche du tableau, mais l’horizon s’est chargé de nuages gris et le temps qui semble tourner à l’orage menace cette figure solitaire et ajoute une note dramatique à la composition.

Le format de ce tableau est significativement plus grand que celui dans lequel Pingret réalise habituellement ses portraits, de taille généralement plus modeste.
Il correspond par ailleurs exactement au format que le peintre choisira quelques années plus tard pour réaliser son autoportrait sur les hauteurs de Mexico.

Conditions générales de livraison :

Merci de nous contacter. Si nécessaire nous vous ferons établir plusieurs devis de transport par des sociétés indépendantes

Galerie Philippe Guegan

Tableaux XIXe siècle