EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Edouard HOSTEIN (1804-1889) - Lyon: le lazaret de la Quarantaine
Edouard HOSTEIN (1804-1889) - Lyon: le lazaret de la Quarantaine - Tableaux et dessins Style Louis-Philippe
Réf : 75157
12 500 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Edouard HOSTEIN (Pléhedel, 1804 – Paris ,1889)
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 61 cm X H. 38 cm
Tableaux et dessins Tableaux XIXe siècle - Edouard HOSTEIN (1804-1889) - Lyon: le lazaret de la Quarantaine
Galerie de Lardemelle
Galerie de Lardemelle

Peintures et dessins du XIXe siècle


+33 (0)6 75 51 37 49
+33 (0)1 83 55 96 48
Edouard HOSTEIN (1804-1889) - Lyon: le lazaret de la Quarantaine

Edouard HOSTEIN
(Pléhedel, 1804 – Paris ,1889)

Lyon: le lazaret de la Quarantaine au pied du coteau de Sainte-Foy

Huile sur toile
Signée et datée en bas à gauche
38 x 61 cm
1840

Expositions:
- Salon de Paris de 1840, sous le N°850, titré La quarantaine, et le coteau de Sainte-Foix, à Lyon
- Exposition d’Amiens de 1840

Provenance:
- Société des Amis des Arts d’Amiens (acquis à l’exposition de 1840)
- Probablement collection Deberly (inscription au crayon au dos du cadre)

Œuvre en rapport :
- Lithographie, titrée Ancien Lazaret de la Quarantaine, faisant partie du recueil « Album lyonnais. Vues pittoresques de Lyon et de ses environs » publié à partir de 1839

Edouard Hostein figure parmi les très bons paysagistes du milieu du XIXème siècle.
Sans maître connu, il se livre aux études d’après nature, et commence par se spécialiser dans la lithographie, collaborant notamment avec le baron Taylor pour des vues d’Auvergne, Normandie et de la région parisienne. Désormais, artiste voyageur, il séjourne dans les Ardennes, Alsace et Allemagne dans la deuxième moitié des années 1830, avant de découvrir rapidement l’Italie. Au retour, il s’établit assez durablement dans le Dauphiné et en particulier la région lyonnaise, effectuant ponctuellement de séjours franciliens, nantais ou Normands (vers 1850 notamment).
A la fin des années 1850, en raison de la santé précaire de sa femme, il cesse d’exposer au Salon et effectue régulièrement des séjours à Toulon, où il s’installe définitivement en 1862; il deviendra membre de l’Académie du Var en 1877.
Hostein est un peintre « classique », attentif aux détails et au rendu atmosphérique, sans négliger le pittoresque, avec un excellent sens panoramique.

Notre composition correspond à la lithographie de même sujet parue dans l’ « Album lyonnais. Vues pittoresques de Lyon et de ses environs ». Cet album, commandé et publié par la Société des Amis des Arts de Lyon, comportera 45 planches lithographiées, dont 29 compositions par Edouard Hostein; les autres étaient l’oeuvre de Dauzats, Champin, Coignet, Bayot, Desjardins et Villeneuve, qui y contribuèrent en tant que dessinateurs et/ou graveurs. Chaque vue mesurait 29,5 x 49,5 cm. Le lazaret de la Quarantaine figurait parmi les dix premières vues livrées pour l’album, que l’on pouvait déjà l’admirer lors de l’exposition de Lyon de 1839/1840.
Au Salon de Paris de 1840, on trouve le commentaire suivant dans le « Journal des Artistes » du 26 avril 1840: « Enfin, nous terminerons notre compte-rendu en mentionnant sept paysages de M. Hostein ; ils sont tous composés avec goût et peints avec une grande vigueur; c’est un très habile artiste auquel nous reprocherons seulement quelques duretés dans les parties ombrées » . A cette époque, Hostein a déjà été récompensé par deux médailles au Salon, et en 1841, le « Journal des Artistes » , à l’occasion du Salon de Paris, le placera « au rang des plus habiles paysagistes » et écrit « qu’il serait difficile d’être plus vrai » .

Invendu à Paris, le tableau de la Quarantaine partit pour l’Exposition d’Amiens qui ouvrait ses portes le 25 juin, rassemblant environ 350 oeuvres. Il y est cité dans « L’Artiste » (tome 6 de la deuxième série, 1840) comme faisant partie des « acquisitions intelligentes » réalisées par la Société des Amis des Arts. Nous ne savons pas en revanche à quel moment l’œuvre rentra en possession de la famille amiénoise des Deberly.

L’hospice de la Quarantaine fut construit à partir de la fin du XVème siècle pour isoler les pestiférés et plus généralement accueillir les vagabonds et mendiants lorsque l’épidémie était moins virulente; l’ensemble regroupait plusieurs bâtiments, dont le principal était celui occupant le centre de la composition du tableau et qui aurait été commandé vers 1530 à l’architecte florentin Salvatori par le riche bourgeois lyonnais Thomas de Gadagne; ce bâtiment, dont on reconnaît les deux étages de galeries et l’escalier descendant vers la Saône, était semble-t-il appelé Hospice de Gadagne ou de Saint-Thomas, et il aurait servi à partir de 1580 à entreposer les marchandises suspectées de contagion. La tour carrée surmontée d’un lanternon servait d’entrée à l’enceinte de l’hôpital.

Galerie de Lardemelle

Tableaux XIXe siècle Louis-Philippe

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Edouard HOSTEIN (1804-1889) - Lyon: le lazaret de la Quarantaine » présenté par Galerie de Lardemelle, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XIXe siècle Louis-Philippe, Tableaux et dessins.