EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746)
École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746) - Tableaux et dessins Style École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746) - Galerie PhC École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746) - Antiquités - École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746)
Réf : 75488
28 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Italie, Rome
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 124 cm X l. 100 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746) XVIIe siècle - École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746)  - École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746) Antiquités - École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746)
Galerie PhC
Galerie PhC

Tableaux anciens des 17e, 18e et 19e siècles


+33 (0)6 62 09 89 00
+33 (0)6 62 09 89 00
École Romaine du XVIIe siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746)

École Romaine du 17è siècle attribuée à Francesco Trévisani (1656-1746), cavaliere, dit Romano

Le repos de la sainte famille dans un paysage, l’archange Gabriel en adoration, la rome antique en arrière-plan avec la pyramide de Cestius.

Toile rentoilée (rentoilage ancien) de 98 cm par 72 cm
Cadre ancien de 124 cm par 100 cm

Notre tableau est un exemple remarquable de cette école de Rome du 17è siècle avec un chef de file surnommé le Carluccio della Madone, Carlo Maratti (1625-1713), son atelier et ses élèves dont Francesco Trévisani, Guiseppe Bartolemo Chiari (1654-1727) mais également Giovanni Odazzi (1663-1731) pour ne citer qu’eux.
C’est à dessein que je cite Trévisani, Chiari et Odazzi. On observe dans leurs oeuvres de très nombreux signes concordants qu'on peut retrouver dans notre tableau.
D’autres peintres peuvent être considérés, je pense à Ercolle Graziani le père (1651-1726) dont peu de tableaux sont parvenus jusqu’à nous mais sur l’un d’entre eux on peut admirer un ange Gabriel à la chevelure et aux ailes proches de notre toile.
Cependant, c’est vers Francesco Trevisani qu’il faut se tourner notamment pour cette merveilleuse Marie avec son enfant Jésus tout droit inspirés de Maratti mais au maniérisme moins appuyé (le style a évolué chez les élèves du Maître), représentés dans nombre de ses œuvres. Il faut aussi noter, parmi d’autres détails, l’ensemble de la composition au goût arcadien et idyllique. (on retrouve ce point dans l’évolution de l’œuvre de l’artiste)

Francesco Trévisani (1656-1746)

C’est avec son père, l’architecte Antonio Trévisani, qu’il apprend les rudiments du dessin. Sa formation se poursuit à Venise comme élève d’Antonio Zanchi puis à Rome Avec Carlo Maratti.
Il part, en 1678, à Rome où il passera toute sa carrière. Il est rapidement employé par le cardinal Flavio Chigi, pour qui il exécute, entre autres œuvres, deux retables pour la cathédrale de Sienne, Le Christ entre saint Philippe et saint Jacques, en 1687 et Le Martyre des quatre saints couronnés en 1688. Son mentor à Rome est le cardinal vénitien Pietro Ottoboni, neveu d'Alexandre VIII, figure de premier plan de l'Académie d'Arcadie, et un des plus importants mécènes du moment, qui protège le jeune Filippo Juvarra et quelques compositeurs comme Arcangelo Corelli, Alexandre Scarlatti et Georg Friedrich Händel.
Trevisani est admis officiellement à l'Académie en 1712 et en adopte les idéaux. Il dépasse les tendances baroques pour des compositions plus simplifiées, une expression plus sobre des sentiments, des tonalités délicates et un usage plus fonctionnel de la lumière destiné à servir la représentation.
À Rome, il devient un des plus importants artistes qui continue dans le sillage de Carlo Maratta. Parmi ses élèves, on note Francesco Civalli et Ludovico Mazzanti.

Galerie PhC

Tableaux XVIIe siècle