EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci
Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci - Tableaux et dessins Style Louis XV Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci - Galerie PhC Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci - Louis XV Antiquités - Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci
Réf : 76184
14 800 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Collection particulière
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 145 cm X l. 111 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci XVIIIe siècle - Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci Louis XV - Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci Antiquités - Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci
Galerie PhC
Galerie PhC

Tableaux anciens des 17e, 18e et 19e siècles


+33 (0)6 62 09 89 00
+33 (0)6 62 09 89 00
Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci

Ecole italienne du début du XVIIIè siècle, Capriccio attribué à Sebastiano Ricci (1659-1734) et atelier.

Toile de 126 cm par 97 cm
Très beau cadre italien de 145 cm par 111 cm.

Notre toile représente l’extrémité d'un palais ceint de colonnes avec balcons et statues, donnant sur un parc agrémenté d’un arc à pilastres rudentés et colonnes cannelées ornées de chapiteaux corinthiens.
Un homme remplit son chapeau au jet d'eau de la fontaine, sous les yeux d'une villageoise assise sur les marches. A gauche au premier plan dans l'ombre un malandrin au chapeau cabossé, un bâton sur l'épaule, semble l'attendre en le désignant de la main"
Sebastiano Ricci, contrairement à son neveu Marco Ricci, n’est pas très connu pour ses capricci (caprices architecturaux), il les utilise généralement en fond d’une composition à dessein de décors mais il les peint rarement comme sujet principal de la composition.
On en connait cependant quelques-uns notamment une ...

Lire la suite

... grande toile vendue 58000€ en 2006 par Porro & C à Milan. On retrouve chez les deux peintres des inspirations croisées notamment, et s'agissant de notre tableau, dans la façon de représenter la statuaire, les corniches, les lintaux...

Sebastiano Ricci (1659-1734)

Oncle de Marco Ricci, il est l'une des plus importantes personnalités du XVIIIè vénitien et l'un des initiateurs de la peinture rococo, gaie et claire, genre essentiellement décoratif, qui s'impose au début du XVIIIe s. dans toute l'Europe.
Après avoir étudié à Venise auprès de Mazzoni et de Cervelli, il se rend à Bologne près de Del Sole. Appelé à Parme par le duc Ranuccio Farnèse, il y laisse des œuvres (Scènes de l'histoire romaine) d'esprit nettement bolonais. En 1685-1687, il décore à fresque l'oratoire de la Madonna del Serraglio, près de Parme ; il se montre lié aux formes élégantes et maniérées, de type classicisant, mais sa couleur veloutée et nuancée dénonce un net rappel de Corrège. Il est ensuite à Rome, où la connaissance des grands décorateurs, Pietro da Cortona et Baciccio, joue un rôle essentiel dans son évolution ; ses formes se font plus fluides et plus souples (plafond de la sacristie des S.S. Apostoli).
Après un séjour à Milan, Ricci est de retour en Vénitie au début du XVIIIe s. Sa culture s'est élargie, mise à jour, " modernisée ". C'est à cette époque qu'il acquiert la connaissance fondamentale de la peinture de Véronèse, qui le conduit à éclaircir les couleurs. Certaines des toiles aux teintes claires, conservées à l'université de Parme, datent de cette période. La peinture de Ricci évolue ; le Rococo et la tradition vénitienne se côtoient dans les plafonds de S. Marziale à Venise, antérieurs de 1705. La décoration à Florence (1706-1707) du palais Maruccelli (fresque : Apothéose d'Hercule) et du palais Pitti (Diane et Actéon ; esquisse au musée d'Orléans) marque une nouvelle étape du parcours de Sebastiano Ricci. Grâce au rythme rococo des formes, à l'aisance narrative et à la légèreté de la touche, il affirme désormais une tendance décorative.
En 1708, il peint la Madone avec des saints pour l'église S. Giorgio Maggiore à Venise ; un coup de pinceau rapide, mousseux et infiniment léger brise la forme ; l'orchestration chromatique devient claire et limpide. Ricci poursuit encore cette évolution ; l'aspect délicatement rocaille de sa culture se précise, tandis qu'il se rapproche de plus en plus de Véronèse.
1712 et 1716, il est à Londres avec son neveu Marco. Dans sa décoration de Burlington House (auj. Royal Academy), son goût pictural est encore plus frappant ; les formes paraissent se dissoudre dans une atmosphère mouvante. Il se rend ensuite à Paris v. 1716, est reçu à l'Académie avec le tableau sur le thème de l'Allégorie de la France (Louvre), puis il rentre définitivement à Venise.
Entre 1726 et 1734, Sebastiano Ricci exécute, pour le consul Smith, une série de peintures (auj. à Hampton Court). Parmi ses dernières œuvres, on peut également évoquer son Saint Grégoire à S. Alessandro della Croce à Bergame, ultime étape de l'évolution d'un langage pittoresque et totalement libre où les formes se meurent dans une atmosphère presque liquide et où la couleur, à coups de pinceau rapides et glissants, semble vouloir retenir les rayons de la lumière lunaire. Une exposition a été consacrée à Sebastiano Ricci (Udine) en 1989.

Galerie PhC

Tableaux XVIIIe siècle Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Capriccio - Ecole italienne du début du 18e siècle, attribué à Sebastiano Ricci » présenté par Galerie PhC, antiquaire à Troyes dans la catégorie Tableaux XVIIIe siècle Louis XV, Tableaux et dessins.