EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852)
Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) - Sculpture Style Louis-Philippe Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) - Galerie Tourbillon Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) - Louis-Philippe
Réf : 74845
9 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Pradier
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
H. 45.5 cm
Sculpture Sculpture en Bronze - Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) XIXe siècle - Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) Louis-Philippe - Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852)
Galerie Tourbillon
Galerie Tourbillon

Sculpture des XIXe et XXe siècles


+33 (0)6 17 35 26 01
Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852)

"Danseuse aux Coloquintes"
dite aussi "Négresse aux Calebasses"
Rare version sans le drapé

Bronze à patine brun nuancé
fonte Cresson
signature coupée anciennement

France
circa 1850
haut. 45,5 cm

« Moins encore que son pendant, "Négresse au Tambourin", la statuette n’est soucieuse d’une vérité ethnologique qui ne sera à la mode qu’à la fin des années 1840. Elle se complaît plutôt dans l’exotisme proposé alors par les spectacles parisiens ».
Pour cette "Négresse aux Calebasses", Pradier vend ses droits à plusieurs bronziers (Cresson, Paillard, Susse), et l’œuvre est éditée en différentes tailles avec succès.
Un exemplaire est conservé au musée des Arts Décoratifs de Paris.

Cresson avait un magasin de bronzes d’art au coin du passage des Variétés, vers 1848.

Biographie :
Jean-Jacques Pradier, dit James Pradier (1790-1852) est un sculpteur et peintre genevois ayant fait carrière en France. Suivant la mode de l’époque, il adopte le prénom anglophone de « James ». Il entre en 1804 à l’école publique de dessin. Il rejoint en 1807 son frère Charles-Simon Pradier à Paris où il travaille pour François-Frédéric Lemot avant d’être admis dans son atelier à l’École des beaux-arts de Paris, ainsi que dans ceux des peintres Charles Meynier et François Gérard. Il remporte le grand prix de Rome de 1813 en sculpture pour son bas-relief Néoptolème empêche Philoctète de percer Ulysse de ses flèches. Il est nommé professeur de sculpture à l’École des beaux-arts de Paris en 1828, où il remplace François-Frédéric Lemot. On a voulu reconnaître les traits de Juliette Drouet, sa maîtresse, dans le groupe en marbre Satyre et Bacchante qui fit scandale au Salon de 1834. Cette liaison prend fin dès que Juliette rencontre le prince Demidoff, qu’elle quittera pour Victor Hugo, alors ami de Pradier. À Paris, James Pradier avait en 1831, son domicile rue des Beaux-Arts et son atelier au rue Neuve-de-l’Abbaye.

Galerie Tourbillon

XXe siècle
La Parisienne - CESAR (1921-1998)
La Parisienne - CESAR (1921-1998)

65 000 €

Sculpture en Bronze Louis-Philippe

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Danseuse aux Coloquintes - James PRADIER (1790-1852) » présenté par Galerie Tourbillon, antiquaire à Paris dans la catégorie Sculpture en Bronze Louis-Philippe, Sculpture.