EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770
Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 - Mobilier Style Louis XVI Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 - Antiquités Franck Baptiste Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 - Louis XVI Antiquités - Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770
Réf : 93125
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Bois doré
Dimensions :
l. 153 cm X H. 96.5 cm X P. 56 cm
Mobilier Console - Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 XVIIIe siècle - Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 Louis XVI - Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 Antiquités - Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770

Importante console d’apparat en bois sculpté et doré à la feuille.
La traverse avant, de forme légèrement cintrée, est sculptée sur plusieurs registres de tores de lauriers, de frises de perles et d’une frise centrale d’entrelacs alternant rosaces, tournesols et quatre-feuilles.
La partie centrale à décrochement en demi-lune est ornée d’un masque d’apollon encadré de roses sculptées en fort relief.
La partie haute de la traverse est coiffée d’un corniche à godrons qui supporte et épouse l’important plateau de marbre.
Les montants à enroulements sont agrafés aux dés à rosaces de la traverse haute par des acanthes.
Ils sont agrémentés de fleurs de muguets décroissantes sur leurs faces avants et supportent de lourdes guirlandes de fleurs.
En partie basse, ils se terminent par des enroulements en têtes de béliers surmontés de feuilles d’acanthes.
Les deux montants reposent sur des dés à fleurs terminés par des culots d’acanthes, ils ...

Lire la suite

... sont reliés entre eux par une entretoise finement ornée de frises de quadrilobes entrelacés.
Au centre de l’entretoise se positionne un disque à rosace tournoyante surmonté d’un culot à graines et arborant le même décor d’entrelacs.

Dessus de marbre brèche d’Alep d’origine.

Trés bel état de conservation, belle dorure d’origine avec petites retouches éparses.

Travail Français de la transition des époques Louis XV- Louis XVI vers 1770 attribuable à Georges Jacob*.

Dimensions :

Hauteur : 96,5 cm ; Largeur : 153 cm ; Profondeur : 56 cm





Modèles proches :

-Château de chantilly, Console du cabinet d’angle

-Console estampillée G.Jacob, Vente Sotheby’s Paris 2011 ( 66 000 euros)

Notre avis :

La finesse, la précision et l’abondance du décor de notre importante console d’apparat en fait un chef d’oeuvre de la sculpture sur bois.
Par rapprochement stylistique avec d’autres consoles estampillées du mâitre, elle est indéniablement attribuable à Georges Jacob ; menuisier qui livre au garde meuble plusieurs ensembles de ce type, d’un goût nouveau et trés innovant, des sièges mais aussi des tables, avec des pieds en consoles qui sont caractéristiques de sa production.
Dans la décennies 1770-1780, il livre ce type de mobilier exclusivement pour une élite, pour le Prince de Conti, le Comte de Provence ou encore le Comte d’Artois.
Plusieurs sièges réalisés par le grand maitre pour la couronne reprennent ce décor identique de tores de lauriers, de perles et frise d’entrelacs..
Jacob collabore avec les plus grands ornemanistes de son temps et la ligne pure de notre console est trés probablement inspirée des dessins de l’ornemaniste Jean Louis Prieur. (1759-1795)
Un dessin approchant est publié dans E. Berckenhagen, Die Französischen Zeichnungen der Kunstbibliothek Berlin, Berlin, 1970, p.401.
La dorure, de trés grande qualité, à double patine sur des apprêts trés légers est un des plus bel exemple du genre.
Au vu de ces éléments, il est fort probable que notre console fût commandée à Georges Jacob par un prestigieux commanditaire.
Les qualités exceptionnelles de sculpture et de dorure en font une pièce de collection de la plus grande rareté.

*Georges Jacob (1739-1814) est un menuisier reçu maitre à Paris en 1765.
Il est tout simplement un des plus prolifiques menuisiers de la deuxième partie du 18 ème siècle.
Fournisseur de la reine Marie Antoinette il collabore avec les plus grands décorateurs de son époque : Hubert Robert par exemple pour les fauteuils de la laiterie de Rambouillet mais aussi Delafosse, Prieur ou Percier et Fontaine.
Il fournit les palais de Versailles, St Cloud, Les Tuileries, Fontainebleau...
Sa période d’activité est de 1765-1796.
Ensuite il cède l’entreprise à ses deux fils qui fonderont Jacob Frères.
Il meurt en 1814.

Antiquités Franck Baptiste

Console Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Console d’apparat au masque d’Apollon attribuée à G. Jacob vers 1770 » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Console Louis XVI, Mobilier.