EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750
Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 - Mobilier Style Louis XV Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 - Franck Baptiste Provence Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 - Louis XV Antiquités - Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750
Réf : 96307
16 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Pierre IV (II) Migeon
Provenance :
France-Paris
Materiaux :
Satiné, palissandre
Dimensions :
l. 98 cm X H. 82 cm X P. 47 cm
Mobilier Commode - Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 XVIIIe siècle - Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 Louis XV - Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 Antiquités - Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750
Franck Baptiste Provence
Franck Baptiste Provence

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750

Belle petite commode en placage de satiné incrusté de fleurs en bois de bout* de palissandre.
Modèle galbé en façade et sur les cotés, ouvrant par deux tiroirs sans traverse.
Trés beau décor floral dans des réserves sur les tiroirs et les panneaux latéraux.
Riche ornementation de bronzes d’origine, à décor de rocailles asymétriques dont des entrées au « C » couronné*, des poignées en accolades , des chutes, arrêtes de pieds et chaussons.

Dessus de marbre d’origine à double moulurations, de type « Campan grand mélange ». (restaurations)

Fond en chêne.

Trés bel état de conservation.

Travail Parisien d’époque Louis XV vers 1750/1755 par Pierre IV Migeon.

Dimensions :

Largeur : 98 cm ; Profondeur : 47 cm ; Hauteur : 82 cm

Notre avis :

Notre commode arbore une forme opulente, et revêt un placage et des incrustations de bois précieux à décor floraux, qui sont caractéristiques des années 1750.
Ces années signent ...

Lire la suite

... l’apogée du style Louis XV rocaille, qui va peu à peu être tempéré par les découvertes issues des fouilles du grand site antique de Pompéi, qui vont amorcer, dès les années 1760, l’émergence du style néoclassique.
Les bronzes rocailles encore bien asymétriques , la présence du poinçon de Jurande (1751) , et du « C » couronné sur les deux entrées de serrures (1745-1749) nous permettent incontestablement de la dater des toutes premières années de la décennies 1750/1760.
Notre commode qui reflète parfaitement le goût « Migeon » (galbes, frisage géométrique de bois précieux et incrustation de fleurs) porte plusieurs estampilles du mâitre et deux poinçons de Jurande ce qui signifie que notre ébéniste qui était aussi un des plus grands marchands merciers de Paris a revendu plusieurs fois la commode.
Chaque passage nécessitant l’apposition de la taxe en vigueur.

*Bois de Bout : En menuiserie ou marqueterie, le bois de bout correspond au découpage d'un tronçon de bois en rondelle donnant un motif de veines d'écartement égal.
Le bois de bout est donc scié perpendiculairement au fil ou aux fibres, ou découpé transversalement dans la bille de bois. On dit que la section est en bois de bout, par opposition de la découpe en bois de fil .


*Le poinçon au C couronné est une marque apposée sur touts les ouvrages en bronze entre mars 1745 et février 1749.
Il s’agit d’une taxe pour financer la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748).


*Pierre IV Migeon (1696-1758) est un ébéniste et marchand mercier reçu maitre à Paris vers 1725.
Issu d’une famille d’artisans ébénistes, tous prénommés Pierre, Pierre IV Migeon est le fils de Pierre III Migeon et de Judith Mesureur. Quatrième de sa lignée, il soulève à lui seul tout l’intérêt des amateurs. Vraisemblablement formé dans la fabrique de son père ou de son beau-père, son activité s’insère dans la première moitié du XVIIIe siècle alors que l’usage de l’estampille se généralise. Si sa date de maîtrise reste hypothétique, sa renommée, elle, est connue par de nombreux meubles signés, réalisés depuis sa fabrique de la rue de Charenton. Ces derniers sont livrés à une riche clientèle aristocratique parmi laquelle on dénombre le duc d’Orléans, la duchesse de Rohan, la duchesse d’Epernon, le maréchal de Noailles mais aussi plusieurs évêques et ambassadeurs. Dès les années 1740, il livre des ouvrages pour le Garde-Meuble de la Couronne et les Menus-Plaisirs. Il bénéficie de la protection de la Marquise de Pompadour. Il possède également de nombreux clients en France et à l’étranger. Si la profession de Migeon est celle d’ébéniste, il exerce aussi en qualité de marchand. Il collabore alors avec de nombreux ébénistes - parmi les plus renommés de son époque - comme Bircklé, Canabas, Criaerd, Jacques Dubois, Lacroix, Saunier ou encore Topino.

Bibliographie :


- Sophie Mouquin : « Pierre IV Migeon, 1696-1758, au cœur d’une dynastie d’ébénistes parisiens », Paris, éditions de l’Amateur, collection Les cahiers du mobilier, 2001

Franck Baptiste Provence

Commode Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Commode en marqueterie, estampillée Migeon, Paris vers 1750 » présenté par Franck Baptiste Provence, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Commode Louis XV, Mobilier.