EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Théodore RAVANAT (1812-1883) - Chemin de la Grande-Chartreuse par la vallée du Grésivaudan
Théodore RAVANAT (1812-1883) - Chemin de la Grande-Chartreuse par la vallée du Grésivaudan - Tableaux et dessins Style
Réf : 68712
28 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Théodore RAVANAT (Grenoble 1812 - Proveysieux 1883
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
L. 195 cm X l. 119 cm
Galerie Vaujany
Galerie Vaujany

Tableaux et meubles du Dauphiné


+33 (0)4 76 43 78 57
+33 (0)6 85 11 52 06
Théodore RAVANAT (1812-1883) - Chemin de la Grande-Chartreuse par la vallée du Grésivaudan

Huile sur toile, signée et datée 1844 en bas à droite
119 x 195 cm

Expositions
• Salon de Paris, 1844, n°1301,
• Mairie de La Côte-Saint-André. Peintres dauphinois contemporains de Berlioz, 20 août - 30 septembre 2004, n° 46 du catalogue, reproduit sur la couverture.

Bibliographie
• Laurence Huault-Nesme, Jean Achard, Editions Glénat 2008, reproduit page 53,
• Akademos, Revue de la Conférence Nationale des Académies des Sciences Lettres et Arts, Grenoble, 2008, n°28 janvier 2009, reproduit p.101,
• N.Servonnat-Favier-M.Wantellet, catalogue de l’exposition Théodore Ravanat, La Condamine, mairie de Corenc, 4 déc.1987 - 10 janv.1988

« Je suis sorti de cette belle vallée de l’Isère par le petit chemin de Corenc ; il s’élève au milieu des vignes, le long de la montagne qui domine la vallée du côté du nord. Je ne pouvais me détacher de ce beau pays que je voyais pour la dernière fois : souvent je me suis arrêté. Après que l’on a perdu de vue l’Isère et le fond de la vallée, on se trouve comme vis-à-vis du fameux Taillefer et de toute la haute chaîne des Alpes. On aperçoit une foule de nouveaux pics ; ils semblent croître à mesure que l’on s’élève... Après m’être arrêté longtemps, j’ai dit adieu à cette belle vallée de l’Isère.»
Stendhal (1783-1842), Mémoires d’un touriste, 1838.

Le chef-d’oeuvre du peintre et un des plus beaux tableaux réalisés par un peintre dauphinois en ce début du XIXe siècle.

Galerie Vaujany

Tableaux XIXe siècle