EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer
Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer - Tableaux et dessins Style Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer - White Rose Fine Art
Réf : 90247
4 750 €
Époque :
XVIIIe siècle
Dimensions :
Ø 7.5 cm
Tableaux et dessins Dessin, Aquarelle & Pastel - Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer XVIIIe siècle - Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer
White Rose Fine Art
White Rose Fine Art

Peintures et dessins anciens


+ 31 629514501
Charles-Nicolas Cochin (1715–1790) - Portrait de Joseph Treyer

Charles-Nicolas Cochin (Paris 1715 - 1790 Paris)
Portrait du facteur de clavecins Joseph Treyer
Signé et daté "C.N. Cochin f. delin. 1782'

Graphite, lignes d'encadrement à l'encre brune, diamètre 75 mm ; présenté dans un cadre circulaire doré de forme néoclassique et avec un montage lavé.

Provenance
Collection privée, Paris

Gravé
Au revers, par Simon-Charles Miger (1736-1828), gravure et eau-forte, 105 x 99 mm, 1782 ; une impression est conservée dans les collections du Rijksprentenkabinet, Rijksmuseum, Amsterdam, inv. no. BI-1958-0262-35-4 ; Emile Bellier de la Chavignerie, Biographie et catalogue de l'oeuvre du graveur Miger, Paris 1856, p. 137, cat.no. 285


Charles-Nicolas Cochin est considéré comme l'un des principaux créateurs de goût de la France du milieu du XVIIIe siècle. Il a d'abord été formé par son père, le graveur Charles-Nicolas Cochin père (1688-1754), et sa mère, Louise-Magdeleine Horthemels (1686-1767), qui était elle-même un ...

Lire la suite

... graveur de premier plan à Paris pendant une cinquantaine d'années.1 Il a ensuite été formé par Jean II Restout.

Cochin réalise sa première gravure à l'âge de douze ans et, à partir de 1737, il est employé par le jeune roi Louis XV pour exécuter des gravures commémorant les naissances, les mariages et les funérailles à la cour. En 1749, Cochin est choisi par Mme de Pompadour pour accompagner son frère Abel Poisson, futur marquis de Marigny, dans un Grand Tour en Italie. En 1752, il est en outre nommé gardien des dessins du roi et dispose d'un appartement au Louvre. Quelques années plus tard, il est nommé "administrateur des arts" du roi et, à ce titre, commande des œuvres à d'autres artistes pour les résidences royales. Cochin a critiqué le style rococo et a été l'un des premiers défenseurs du néoclassicisme, obtenu grâce à la précision technique.

En tant que dessinateur indépendant, Cochin est surtout connu pour ses portraits délicats et précis, souvent de profil, comme dans le cas présent. Ce portrait bien observé, dessiné en 1782, représente le claveciniste Joseph Treyer (m. 1788).2 Né en Suisse, Treyer est venu à Paris pour être l'apprenti de son oncle, le claveciniste Jean Keiser, connu sous le nom de L'Empereur. Treyer est mort veuf sans descendance en 1788, et l'inventaire des biens matériels de sa maison de la rue des Rats (aujourd'hui rue d'Arras) fait état de nombreux clavecins et autres instruments, finis ou non.3

Ce dessin magnifiquement préservé est un merveilleux exemple de l'art du dessinateur Cochin, mais il est également rare qu'il représente un artisan, plutôt qu'un membre de l'élite. Il est d'autant plus intéressant que le dessin a été gravé par Simon-Charles Miger (1736-1828) la même année, en 1782, ce qui indique que Treyer était une sorte de célébrité. Notre dessin peut par exemple être comparé au Portrait d'un inconnu de Cochin au Metropolitan Museum de New York (fig.).4


1. Pour Cochin, voir Christian Michel, Charles-Nicolas Cochin et le livre illustré au XVIIIe siècle : avec un catalogue raisonné des livres illustrés par Cochin, Genève 1987 et Christian Michel, Le voyage d'Italie de Charles-Nicolas Cochin (1758) : édité en fac-similé avec une introduction et des notes, Rome 1991.

2. Pour Treyer, voir Pierre J. Hardouin, "Harpsichord making in Paris : eighteenth century", The Galpin Society Journal, vol. 12, mai 1959, pp. 73-85.

3. Hardouin, op. cit. p. 73-77.

4. Signé et daté 1776 dans sa forme habituelle, également vu dans notre dessin ; graphite, diam. 115 mm, inv. no 1970.41.2 ; Jacob Bean et Lawrence Tur?i?, 15th-18th Century French Drawings in The Metropolitan Museum of Art, New York, 1986, cat. no 72, p. 71, ill.

White Rose Fine Art

Dessin, Aquarelle & Pastel