EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard
Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard - Mobilier Style Régence Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard - Galerie William Diximus Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard - Régence Antiquités - Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard
Réf : 76771
150 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Attribué à Noël Gérard (1685 - 1736)
Provenance :
France
Materiaux :
Placage de bois de rose et de bois violette
Dimensions :
L. 180 cm X H. 78 cm X P. 100 cm
Mobilier  - Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard XVIIIe siècle - Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard Régence - Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard Antiquités - Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard
Galerie William Diximus
Galerie William Diximus

Mobilier et objets d'art des XVIIIe et XIXe siècles


+33 (0)6 26 70 73 13
Bureau plat d’époque Régence - "Le cortège Dionysiaque" attribué à Noël Gérard

Bureau d’époque Régence « Bureau au cortège Dionysiaque » Attribué à Noël Gérard (1685- 1736) Paris vers 1725.

Un certificat d'authenticité sera remis à l’acquéreur concernant l'époque du bureau.
Le bois et les bronzes ont été soumis à une analyse scientifique par le CIRAM.
Dossier complet sur demande.

Provenance: Collection de Mr & Mme P.

Ce rare bureau régence représente le cortège Dionysiaque ou le Thiase, Dans la mythologie grecque, le thiase (parfois en français au féminin : la thiase) est le groupe de créatures qui accompagnent et servent Dionysos (Bacchus). Ce groupe est composé de satyres et de ménades (Bacchantes).
Notre bureau est orné de dix motifs de bronze, outre les filets d'encadrement des tiroirs et les baguettes protectrices du plateau et des pieds. Ces motifs sont répartis tout du long de la ceinture : Deux bustes du dieu Dionysos (Bacchus) et deux bustes de Ménades (Bacchantes) en haut des pieds. Deux bustes de ...

Lire la suite

... Borée soufflant au milieu des petits côtés, des têtes de Satyre ornent de part et d'autre le milieu des grands côtés. Ces bronzes très gracieux et d'une ciselure finement réalisée, rappellent le travail de Noël Gérard.

MATIÈRE : Bâti de sapin, tiroirs en noyer ; placage de bois de rose et de bois violette ; bronze doré ; cuir.
DIMENSIONS : H.: 78 cm (30 ¾in.); L.: 180 cm (71 in.); Pr. : 100 cm (39 ½ in.)

Bureau plat au plateau rectangulaire revêtu de bois de rose et de violette qui ouvre par trois grands tiroirs et qui repose sur quatre pieds galbés. Le grand plateau, rectangulaire mais en retrait au niveau du tiroir central, est recouvert d'un maroquin de couleur noire dont la bordure est estampée. Il est cerclé d'une lingotière moulurée dont les angles sont marqués par des agrafes ornées d'un cartouche centré d'un ove et retenu par un ruban d'où s'échappent deux feuilles de chêne. La ceinture est revêtue d'un placage en feuille de bois de rose dans des encadrements de bois de violette. Elle ouvre de face par trois grands tiroirs. Celui du centre, en retrait, est souligné par une moulure de bronze doré parfaitement rectiligne et est orné d'une très belle entrée de serrure en bronze doré représentant deux sphynges adossées assises sur un cul de lampe.
Les tiroirs latéraux en avancée par rapport au précédent ont un bord inférieur sinueux sur lequel court une baguette de bronze doré. Les poignées mobiles ou mains sont formées par deux serpents entrelacés retenus par un fleuron feuillagé. Les entrées de serrure qui s'inspirent du motif des agrafes d'angle sont dissimulées par un cartouche appuyé sur deux volutes de feuilles de chêne. Le bord interne de chacun de ces deux tiroirs est orné d'une très belle applique d'un homme barbu couronné en bronze doré représentant Borée, le dieu du vent. Sa tête tournée vers le haut semble soutenue par un cartouche ciselé de croisillons à rosette. Les côtés du bureau, pourvus du même revêtement de bois de rose et de violette, sont parfaitement verticales mais leur bord inférieur qui est animé de sinuosité dessine au milieu une sorte de cuvette qui semble supporter la très belle applique en bronze doré qui orne les côtes. Elle représente une tête de satyre avec sa tête d'homme barbu et moustachu dont la chevelure est ornée de feuilles de vigne et des bouquets de paille.
Le bureau repose sur quatre pieds au galbe encore raide dont les arêtes sont bordées d’une baguette en bronze doré et le sommet coiffé de chutes d'angle également en bronze doré illustrant alternativement deux Dionysos et deux Ménades avec des pampres de vigne dans les cheveux. Ils sont chaussés de sabots en volute feuillagée.

Deux sphinges adossées et accoudées sur une moulure en C mais qui se regardent mutuellement et sont assises sur une petite console. Dans la mythologie grecque les sphinges sont des monstres qui ont un buste femme sur un corps de lion. Ici le buste des sphinges représente une espagnolette à la tête tournée. Les espagnolettes font partie des ornements spécifiques de l'époque Régence. Elles sont inspirées des personnages de la Comedia del Arte dessinés par Antoine Watteau. Ce modèle d'entrée de serrure est présent sur de nombreux meubles de Noël Gérard, d'Estienne Doirat mais aussi sur des commodes signées par d'autres ébénistes qui lui sous-traitaient des meubles et apposaient ensuite leur estampille. La commode du musée Carnavalet qui porte l'estampille de Migeon est attribuée à Doirat par Sophie Mouquin dans sa monographie sur Migeon.
Noël Gérard avait une activité de marchand ébéniste. Outre l'entrée de serrure, la commode présente plusieurs autres bronzes qui sont retrouvés sur de nombreux de ces meubles. Il est probable toutefois qu'il ne contrevenait pas à la réglementation des corporations en faisant ciseler chez lui les bronzes destinés à ses meubles. On trouve en effet signalé dans l'inventaire, un état de marchandises établi entre Olivier de Rouvray et Louis Regnard tous deux maîtres ciseleurs à Paris demeurant rue des Arcis, par lequel Rouvray et Regnard auraient reconnu avoir entre leurs mains appartenant au sieur Gérard toutes les fontes des feux, pendules, pieds de girandoles et autres qu'ils se seraient obligés à bien réparer et ciseler au mieux moyennant le prix porté audit état.
Aucun élément ne nous permet d’établir avec certitude l’identité du concepteur, L’examen des bronzes nous permet de penser au vocabulaire qu'utilisé Noël Gérard, mais nous retrouvons aussi des similitudes avec Etienne Doirat.

Noël Gerard utilisa particulièrement le buste du dieu Borée dans ses meubles comme la commode de Noël Gérard (1685-1736) attribué à dépôt du Musée du Louvre au château de Versailles, 1937 (versement du Mobilier national au Musée du Louvre, 1901 ) à contrario de ses contemporains qui l’utilisa dans des cartels ou des groupes de bronzes tel que :
Le cartel avec console et cadran émaillé. Socle avec une tête de Borée sous deux dragons par Cressent Charles (1685-1768) Chantilly musée de Condé ou le groupe de bronze « Enlèvement d'Orythie par Borée » Châteaux de Versailles et de Trianon.
Nous retrouvons aussi les sabots en volute feuillagée sur un bureau portant l'estampille N.G étant les initiales de l’ébéniste (vente du 14/12/2016 Pierre Berger - Drouot).
Les têtes de Satyres nous font rappeler le travail d'André Charles Boulle; Les travaux de Noël Gérard sont ornés de bronzes qu'il fondait dans ses ateliers dont certains se rapprochent des modèles d'André- Charles Boulle, ce qui n'est pas étonnant quand on sait qu'il acquit à la mort de ce dernier tout son stock de bronzes.

Galerie William Diximus

Mobilier