EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750
Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 - Céramiques, Porcelaines Style Louis XV Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 - Franck Baptiste Provence Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 - Louis XV Antiquités - Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750
Réf : 101663
5 800 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France, Moustiers
Materiaux :
Faience
Dimensions :
H. 3.5 cm | Ø 7 cm
Céramiques, Porcelaines  - Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 XVIIIe siècle - Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 Louis XV - Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750 Antiquités - Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750
Franck Baptiste Provence
Franck Baptiste Provence

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Boite aux armes du marquis Pierre de Bernis, Moustiers vers 1750

Rare boite à mouche* de forme circulaire en buis et faïence de Moustiers.
Elle arbore un décor polychrome de grand feu, avec le dessous orné d’une scène mythologique de diane chasseresse tandis que le couvercle revêt une plaque avec les armoiries « D’azur, à la bande d'or, accompagnée en chef d'un lion du même, armé et lampassé de gueule » de la famille Pierre de Bernis , accompagnés de sa devise « Armé pour le Roy » et encadrés par deux lions sous une couronne de marquis.
Cette couronne nous permet d’attribuer cette boite à Philippe-Charles-François de Pierre de Bernis (1714-1774) qui fût le premier marquis de Pierre de Bernis suite à la décision en 1751 du roi Louis XV d’ériger les terres de la famille en marquisat.

Les plaques en faïence attribuables à la manufacture de Clérissy à Moustiers.

La boite en buis réalisée par les tourneurs du village d’Aiguines, situé à une dizaine de kilomètres de Moustiers.

Trés bel état de ...

Lire la suite

... conservation.

Provence, époque Louis XV vers 1750-1760.

Dimensions :

Diamètre : 7 cm ; Hauteur : 3,5 cm


*Les mouches, ces petits grains de beauté en taffetas ou velours que l’on se colle sur la peau, sont apparues pour cacher les boutons de la petite variole.
Ce n’est qu’un peu plus tard en 1796 que le vaccin contre la variole a était découvert et que la mouche est devenu un élément esthétique chez les précieuses.
 Appelée aussi « Tache avantageuse« , la mouche est donc une petite pièce de taffetas ou de velours noir que l’on se collait sur la peau pour en faire ressortir la blancheur et l’éclat du teint.
 C’est l’un des principaux accessoires de la beauté, de la mode et de la galanterie dès le milieu du XVIIe siècle. Sa première mention apparait en 1655 dans une pièce galante de De Laborde.
C’est l’accessoire baroque par excellence.
Les coquettes en usaient parfois à outrage : elles pouvaient en porter plus de quinze. Si elle étaient généralement ronde, sous Louis XV, on les taillait aussi en cœur, en lune, en comète, en croissant, en étoile, en navette.
Elles n’étaient pas réservée aux femmes, les hommes en portaient aussi mais en moins grand nombre.
La mouche était avant tout un instrument galant et de séduction, conservait dans de petites boites spécialement conçues à cet effet, les boites à mouches.

Notre avis :

La boite à mouches que nous présentons est un rare exemplaire réalisé par la Manufacture de Moustiers pour une des plus importantes familles du Languedoc, la famille Pierre de Bernis.
Cette maison tire son origine de la baronie de Ganges en Languedoc, connus des le XIe siècle, notamment dans la première croisade, en 1098.
Outre la ségneurie de Ganges, la maison de Pierre possédait au moyen âge les terres de Sumène, Pouplan, Montolieu, Londtes, Cazillac, Gignac,
et les baronies de Pierrefort, Castries, Monlfrin.
Cette famille qui s’illustrera aussi bien dans la vie sociale que dans le clergé verra sa renommée dépasser les frontières grâce notamment à François-Joachim de Pierre de Bernis (1715-1794) .
Le prélat qui était aussi diplomate et homme de lettres sera en effet nommé cardinal (1758) , ambassadeur à Venise (1752-1755), ministre d'État (1757), secrétaire d'État des Affaires étrangères (1757-1758) et enfin chargé d'affaires auprès du Saint-Siège (1769-1791).
Outre son illustre propriétaire et son riche décor, notre boite a le mérite de nous être parvenue en parfait état ce qui est rare au vu de la fragilité de ce type décor qui ne résistait pas à la moindre chute.

Franck Baptiste Provence

Céramiques, Porcelaines