EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean
Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean - Tableaux et dessins Style Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean - White Rose Fine Art Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean -
Réf : 90618
3 750 €
Époque :
XVIIe siècle
Dimensions :
l. 21.9 cm X H. 27.9 cm
Tableaux et dessins Dessin, Aquarelle & Pastel - Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean XVIIe siècle - Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean  - Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean
White Rose Fine Art
White Rose Fine Art

Peintures et dessins anciens


+ 31 629514501
Bartolomeo Schedoni (1578–1615) - Étude de l'évangéliste Saint Jean

Bartolomeo Schedoni (Formigine, près de Modène 1578 - 1615 Parme)

Étude de l'évangéliste Saint Jean

Craie rouge, rehaussée de craie blanche, sur papier chamois, 279 x 219 mm (11 x 8.6 inch)

Provenance
- Alfredo Petrucci (1888-1969), Rome
- Collection privée, Paris

Fils d'un fabricant de masques pour les cours des Farnèse et des Este, la précocité de Schedoni en tant qu'artiste a été reconnue par Ranuccio I, duc de Parme, qui l'a envoyé à Rome pour se former auprès de Federico Zuccaro1. Dans les archives Farnese, on trouve une lettre de Zuccaro au duc datée de 1595, l'informant que son élève devait retourner à Parme pour une convalescence due à "una malatia che accenna lunghezza".2 Les premières œuvres de Schedoni montrent peu l'influence de son maître romain, il semble plutôt avoir puisé son inspiration en Émilie, notamment en étudiant les œuvres du Corrège et plus tard de Lodovico Carracci à Parme.


Après son bannissement pour une ...

Lire la suite

... altercation avec Aurelio Foghetti en 1600, Schedoni est employé par la Cour de Cesare d'Este à Modène où il travaille pendant sept ans. En décembre 1607, cependant, l'artiste revient en grâce et est accepté une fois de plus par la cour de Rannuccio Ier en tant que peintre préféré du duc. En 1611, l'œuvre de Schedoni est tellement appréciée que le duc décrète qu'aucune peinture de sa main ne doit quitter la ville. Il semble que pour le reste de sa carrière, Schedoni ait rarement quitté sa province natale, bien que l'accès illimité aux collections des Farnese et des d'Este lui ait permis d'être attentif aux progrès des artistes au-delà de l'Émilie et que son travail soit resté novateur jusqu'à sa mort en 1615.

Les dessins de Schedoni sont rares. Federica Dallasta et Cristina Cecchinelli n'en répertorient qu'une douzaine dans leur monographie sur l'artiste de 1999.3 L'utilisation de craies sfumato douces est typique de l'artiste, tout comme l'utilisation d'un papier chamois plutôt rugueux. Un dessin comparable de la Tête d'un homme barbu regardant vers le haut est conservé au Metropolitan Museum de New York.4 La qualité sculpturale du drapé de notre figure peut en outre être comparée à la Figure drapée de Schedoni vendue chez Christie's en 1998 (voir fig.).5

Cette jolie feuille est une parfaite illustration de la réflexion artistique en cours : Schedoni a dessiné deux versions de la tête de l'évangéliste, l'une regardant vers le haut, l'autre vers le bas, la bouche de la tête " en haut " se transformant en œil du visage " en bas ". On ne connaît pas de version peinte de cette composition, bien que la pose soit similaire à celle du tableau de l'évangéliste saint Jean par Schedoni dans la collection Cobbe, en Angleterre (voir dernière fig.).6 Deux tableaux en pied des évangélistes saint Pierre et saint Paul sont conservés au Museo di Capodimonte, à Naples.7

1. Pour l'artiste, voir : Federica Dallasta et Cristina Cecchinelli, Bartolomeo Schedoni : pittore emiliano, Parme 1999 et Emilio Negro et Nicosetta Roio, Bartolomeo Schedoni 1578-1615, Modène 2000.

2. "An illness that may be long", D. Miller, "A Roman Sojourn of Bartolomeo Schedone and other documents relative to the early phase of his Career", Burlington Magazine, no 847, vol. 115, Londres 1973, p. 650.

3. Dallasta et Cecchinelli, op. cit. p. 199-202.

4. Craie noire et blanche, sur papier bleu, 463 x 240 mm ; inv. no. 2009.66 ; acquis de Sotheby's, New York, 28 janvier 2009, lot 83, repr. (après la vente).

5. Craie rouge et blanche sur papier chamois, 229 x 178 mm ; collection privée Dr William et Louise Fielder, Atherton, Californie ; Christie's, Londres, 7 juillet 1998, lot 113, repr. ; Dallasta et Cecchinelli, op. cit. cat. no. D5.

6. Huile sur toile, 59 x 52 cm ; The Public Catalogue Foundation. Peintures à l'huile dans les propriétés du National Trust. National Trust V : South, Londres 2013, p. 276, repr.

7. Huile sur toile, 132 x 92 cm (St Pierre) et 130 x 92 cm (St Paul) ; Silvia Cassani (ed.), La Collezione Farnese, La Scuola emiliana : i dipinti. I disegni, Naples 1994, pp. 243-45, repr.

White Rose Fine Art

Dessin, Aquarelle & Pastel