EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Apollon et Daphné, attribué à François Lespingola (fin XVIIe)
Apollon et Daphné, attribué à François Lespingola (fin XVIIe) - Sculpture Style Apollon et Daphné, attribué à François Lespingola (fin XVIIe) - Galerie Trebosc + van Lelyveld
Réf : 68499
Prix sur demande
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Collection privée, Royaume-Uni descendance de Armine Edmonds (décédée en 2005), de la Famille Palmer
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
H. 45.5 cm
Sculpture Sculpture en Bronze - Apollon et Daphné, attribué à François Lespingola (fin XVIIe)
Galerie Trebosc + van Lelyveld
Galerie Trebosc + van Lelyveld

Sculpture Européenne


+ 33 (0)1 74 30 16 19
Apollon et Daphné, attribué à François Lespingola (fin XVIIe)

Histoire tirée des Métamorphoses d'Ovide, cette légende raconte la vengeance de Cupidon qui décoche à Apollon une flèche d'or le rendant fou d'amour pour la nymphe Daphné à qui il décoche une flèche de plomb qui lui inspire le dégoût de l'amour. Ainsi Apollon poursuit en vain Daphné qui demande à son père, le dieu fleuve Pénée, de lui venir en aide. Elle est finalement métamorphosée en laurier :
« A peine elle achevait cette prière, ses membres s'engourdissent; une écorce légère presse son corps délicat; ses cheveux verdissent en feuillages; ses bras s'étendent en rameaux; ses pieds, naguère si rapides, se changent en racines, et s'attachent la terre : enfin la cime d'un arbre couronne sa tête et en conserve tout l'éclat ». (Métamorphoses, I, 453 ff)
C'est cet instant précis que le sculpteur représente, comme l'avait fait le Bernin avec son grand marbre réalisé en 1625 (conservé à la Villa Borghèse à Rome). Cette source d'inspiration est indéniable mais il ajoute un troisième personnage au groupe : le Dieu fleuve Pénée, le père de Daphné.

Comme chez le marbre baroque, la composition est extrêmement dynamique, conçu dans toute se tridimensionnalité, le spectateur peut tourner tout autour de l'oeuvre et découvrir sous un autre angle l'histoire racontée.

Précédemment attribué à Antoine Coysevox et Giovanni Battista Foggini, les dernières recherches s'accordent pour attribuer ce groupe à François Lespingola. On reconnaît notamment la façon de travailler de Lespingola qui découpait sa composition en plusieurs morceaux qu'il fondait séparément et assemblait ensuite par des rivets de fer. On remarque aussi le canon des figures – fines et élancées-, le traitement de la chevelure caractéristique de Lespingola. Toutefois, il est vrai que la vitalité du groupe, l'attention aux détails et aux finitions de la surface témoignent de sa connaissance directe des sculpteurs florentins tels que Foggini et Soldani Benzi.

Dans les collections publiques on recense quatre exemplaires de ce modèles : au Skulpturensammlung à Dresde, au musée Pouchkine à Moscou, au Victoria and Albert Museum de Londres et au Herzog Anton Ulrich Museum de Brunswick. En comparant ses différents modèles, nous remarquons que la terrasse de notre bronze est beaucoup plus travaillée, notamment au niveau du traitement de la végétation plus dense et plus complexe.
Ce groupe connut un grand succès comme en témoigne sa présence dans les collections de grands amateurs: on le retrouve ainsi documenté dans la collection de M le Marié en 1776, un autre dans la collection Leboeuf (vente 1783) ou bien encore un dans la collection Cottreau en 1910 – sans oublier l'exemplaire du musée de Dresde qui provient de l'ancienne collection de Frédéric-Auguste Le Fort, acquis par le baron Leplat en 1699.

Galerie Trebosc + van Lelyveld

Sculpture en Bronze