EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi
Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi - Sculpture Style Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi - Brun Fine Art
Réf : 85795
16 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Pierre Ubaudi
Provenance :
Italie - France
Materiaux :
Marbre blanc
Dimensions :
Ø 38 cm
Sculpture Sculpture en Marbre - Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi XIXe siècle - Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi
Brun Fine Art
Brun Fine Art

Mobilier et objets d'art


+39 393 917 3998
Deux tondos de marbre par Pierre Ubaudi

2 tondos de marbre dans un cadre en bois moulé
Napoléon III, son épouse Eugénia de Montijo et leur fils Napoléon Louis Bonaparte.
Allégorie de la restauration de l’Empire

diamètre 38 cm chacun

Signé et daté: 1859 / p. Ubaudi sculp. Lyon

About Pierre Ubaudi, a sculptor of Italian origin, naturalized French in 1848, we still know very little. Mentionné d’une manière hors-main par les principaux dictionnaires, et ignoré même dans les travaux récents d’Alfonso Panzetta sur les sculpteurs actifs dans le Piémont au 19e siècle (2008), Ubaudi a été actif en tant que restaurateur travaillant sur la rénovation de tombes monumentales dans la cathédrale de Rouen et l’Hôtel de Ville de Lyon; l’école La Martinière, également à Lyon, tient un buste qui lui est attribué.
Ces deux tondos sont à ce jour les seuls
inventions indépendantes ascribables avec certitude pour l’artiste, et sont également intéressantes parce que
ils sont mentionnés dans ...

Lire la suite

... des documents d’archives démontrant qu’à deux reprises, en
1859 et en 1860, Ubaudi propose leur vente au Louvre, bien qu’il soit refusé le
les deux occasions. Les deux pièces ont donc été réalisées de la propre initiative du sculpteur, et non en réponse
à une commission spécifique. Dans les documents, les sujets des reliefs sont décrits comme L’Empereur Napoléon III et l’Impératrice assise debout locataire du Prince Impérial devant elle et Le Triomphe
de l’ordre en 1852.
Le premier tondo, puis, essentiellement célébré la lignée impériale, assuré dans
1856 par la naissance de ce qui devait être le fils unique de Napoléon III. Le second, en revanche, était un
allégorie de la Restauration de l’Empire en 1852, avec une figure iconographiquement comparable
à fame couronner le portrait de Napoléon III dans un tondo, pris au ciel en présence
de trois figures, un homme et deux femmes. Ces derniers doivent probablement être identifiés comme Napoléon Ier,
le premier empereur de France, et peut-être comme Joséphine de Beuharnais, première épouse de Napoléon, et Hortense de Beauharnais, la mère de Napoléon III: ensemble, les deux reliefs ont ainsi pris la forme de
une large célébration de la descente impériale de Napoléon Ier à l’héritier désigné, Eugène Louis Bonaparte.
Exécutés avec compétence et une exécution indéniablement fine, les deux Médaillons (le terme utilisé
dans les documents susmentionnés) n’ont peut-être pas trouvé grâce aux contemporains en partie
en raison du style « moderniste » adopté par leur créateur: la fin des années 1840 a vu un débat houleux
sur les bas-reliefs conçus pour décorer la tombe de Napoléon Ier dans l’église des Invalides.
L’opinion qu’il était approprié de dépeindre l’empereur en costume romain antique a prévalu, comme
on le voit dans les marbres réalisés plus tard par Pierre-Charles Simart en 18533.
Dans les médaillons d’Ubaudi,
cependant, le contraste entre les vêtements contemporains portés par la famille de Napoléon III
et l’iconographie basée sur les triomphes impériaux dans le deuxième des deux bas-reliefs pourrait
semblent entrer en conflit.

Brun Fine Art

XVIIIe siècle
Paire de sculptures en céramique
Paire de sculptures en céramique

14 000 €

Sculpture en Marbre