EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus
Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus - Tapisserie Style Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus - Galerie Girard Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus - Antiquités - Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus
Réf : 3029
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Belgique
Materiaux :
Laine et soie
Dimensions :
L. 290 cm X l. 335 cm
Tapisserie  - Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus XVIIIe siècle - Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus  - Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus Antiquités - Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus
Galerie Girard
Galerie Girard

Arts textiles anciens, tapis et kilims tribaux, tapisseries


+33 (0)4 78 38 21 54
Tapisserie Flamande du XVIIIe siècle - Io et Zeus

La tapisserie Flamande
L’industrie de la tapisserie flamande s’étiole au XVIIIe, en 1781, il ne reste plus que trois ateliers à Bruxelles. Cependant, l’expérience, l’habileté demeurent et il se trouve des cartonniers pour produire d’aimables œuvres décoratives dans le style français et des ateliers compétents pour en tirer des tentures d’excellente qualité, comme celle-ci.
Les bordures qui avaient tenu une place si importante dans la tradition bruxelloise depuis le XVI e siècle disparaissent, car la tapisserie est fréquemment encastrée dans les boiseries.
Les saisons les scènes de romans, les mythologies légères forment les thèmes favoris tels que : Io et Zeus.

L’ŒUVRE
Io est une mortelle dont Zeus tomba amoureux et qu'il transforma en génisse pour la soustraire à la jalousie d'Héra.
Io était une jeune prêtresse d'Héra, fille du dieu-fleuve et roi d'Argos.
Elle se rendit sur les bords d’un lac qu’elle avait vu en rêve et y rencontra effective-ment Zeus. Le dieu en tomba amoureux et il s'unit à elle mais il est vrai que tomber amoureux était pour Zeus chose aisée.
Toutefois il fut obligé de la transformer en génisse d'une éclatante blancheur afin que son épouse Héra ne soupçonnât pas son infidélité. Héra, qui n'était pas dupe de la métamorphose de l'animal, demanda à Zeus de la lui offrir.
Zeus y consentant, la déesse confia sa rivale au berger Argus, qui, pour mieux la garder, l'attacha à l'olivier sacré de Mycènes (Argus est représenté ici sous les traits de l’aigle, tenant la foudre d’Héra).
Zeus, ayant pitié de sa maîtresse se changea en taureau pour passer du temps auprès d’elle.

ANECDOTE
Le caducée que nous pouvons observer dans le décor, n’est pas à confondre avec le bâton d’Esculape, emblème du corps médical ; il s’agit là du bâton d’olivier d’Hermès, fils de Zeus. Fin stratège, il acheminait les messages entre les mortels et son père ; l’escalier illustre la métaphore.

INFORMATION
Le prix comprend la conservation, la bordure et la doublure. Réalisation dans notre atelier avant l'expédition.

Galerie Girard

XIXe siècle
Soumack aux dragons
Soumack aux dragons

18 000 €

XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle

5 880 €

Tapisserie

XIXe siècle
Tapis Kum Kapu, Turquie vers 1880
XIXe siècle
Soumack aux dragons
XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle
XIXe siècle
Tapisserie Aubusson XIXe siècle