EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle
Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle - Tapisserie Style Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle - Galerie Pellat de Villedon Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle - Antiquités - Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle
Réf : 56507
28 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Materiaux :
Fils d'or et de soie sur fond de velours
Dimensions :
L. 190 cm
Tapisserie  - Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle XVIIe siècle - Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle  - Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle Antiquités - Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle
Galerie Pellat de Villedon
Galerie Pellat de Villedon

Mobilier, objets d'art et tableaux


+33 (0)1 39 02 14 60
+33 (0)6 07 57 01 20
Tapis de table en fils d'or fin XVIe siècle, début XVIIe siècle

Tapis de table en broderie de fils d'or et de soie sur fond de velours, fin XVIe siècle – début XVIIe siècle. Doublure postérieure, restaurations d’usage, usure du velours, des broderies. Dim. (H x L) : 190 x 113,5 cm.

Tapis de table rectangulaire à décor végétal en très bon état de conservation. Sur le fond de velours vert se détachent les ornements en soie verte, jaune et rouge en appliques surbrodées de fils d’or. Le décor de ce tapis de table est parfaitement symétrique.
Au centre, un médaillon ovale orné d’un bouquet de fleurs est relié de part et d’autre par d’imposants rinceaux d’acanthe. Une frise alternant feuillages et fleurs encadre le rectangle central. Aux quatre angles, une vasque remplie de fleurs stylisées à cinq ou six pétales se trouve dans un médaillon. Un motif similaire est visible au milieu des longs côtés, si ce n’est que la vasque laisse place à une corbeille. Ces ornements sont assemblés les uns aux autres par des rinceaux. A nouveau, la frise de fleurs et branchages délimite le décor. Elle est surlignée par une double bordure jaune et verte agrémentée sur les bords d’une passementerie.

Le rectangle central définit les dimensions de la table que ce tapis devait orner idéalement. Les bordures tombent ainsi sur les côtés. Au Moyen-âge, les tables se couvrent de tapis orientaux, importés lors des croisades ou grâce aux relations commerciales développées avec le sud et l’est de la Méditerranée. La richesse de ces pièces empêche de les disposer au sol. Cette mode de recouvrir la table ou le plateau d’un textile coloré et précieux fait son chemin en Europe. De nombreuses natures mortes ou scènes de genre des écoles du Nord représentent une belle table garnie de mets délicats, de fleurs rares et d’un tapis d’Orient. Broderie ou tapisserie, soie ou velours, recouvrant un autel d’église ou une table aristocratique, le tapis est un élément de luxe. Cet ornement de table est toujours d’usage sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle.
Sur ce tapis de table, la richesse de la broderie en fils d’or confirme qu’il s’agit d’un élément de décor précieux mais l’absence de symboles héraldiques nous laisse à penser que ce n’est pas une commande particulière. L’excellent état de conservation nous permet d’affirmer que ce tapis a peu servi. De rares exemples complets sont conservés dans les musées comme au musée national de la Renaissance d’Ecouen ou au Victoria & Albert museum. Souvent découpés, on en retrouve sur le marché de l’art.

Galerie Pellat de Villedon

Tapisserie

XIXe siècle
Tapis Kum Kapu, Turquie vers 1880
XIXe siècle
Soumack aux dragons
XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle
XIXe siècle
Tapisserie Aubusson XIXe siècle