EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portière de yourte turkmène
Portière de yourte turkmène - Tapisserie Style Portière de yourte turkmène - Galerie Girard Portière de yourte turkmène - Antiquités - Portière de yourte turkmène
Réf : 2868
9 900 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Turkménistan
Materiaux :
Laine
Dimensions :
L. 170 cm X l. 148 cm
Tapisserie  - Portière de yourte turkmène XIXe siècle - Portière de yourte turkmène  - Portière de yourte turkmène Antiquités - Portière de yourte turkmène
Galerie Girard
Galerie Girard

Arts textiles anciens, tapis et kilims tribaux, tapisseries


+33 (0)4 78 38 21 54
Portière de yourte turkmène

Engsi ou portière Hatchlou
tribu Yomoud au Turkménistan

On appelle Engsis les tapis turkmènes qui servaient de rideaux ou de portes de tentes aux entrées des yourtes.
Comme les autres turkmènes, les Yomoud habitaient des yourtes de feutre : les Öys.
Ces tapis ne servaient pas seulement à se prémunir des hôtes indésirables mais également à orner somptueusement les yourtes et cela devait être un spectacle de toute beauté. Cet usage remonte déjà à un temps lointain et, si les turkmènes s’en souviennent encore, aucune photographie d’un tapis de porte toujours en place sur une tente n’a jamais été publiée.
Ces tapis peuvent aussi être appelés Hatchlou à cause des ornements en forme de croix qui se trouvent sur le champ central. En effet, en turkmène comme en turc, le mot « haç » signifie croix, sans pour autant lui donner la moindre signification religieuse; il est utilisé ici uniquement en tant qu’élément décoratif.
Ce Yomoud, dépourvu de Mihrab, n’est donc pas un tapis de prière. Les quatre compartiments du champ, au ton brun légèrement violacé, n’ont pas la même dimension ; on peut y trouver des bourgeons (symbole Bovrek), la flèche centrale est orné du motif Kabyrga, également appelé « corne de bélier », l’emblème des Yomoud. La bordure du bas regroupe des motifs errés en dents de scie dite : « en arêtes de poisson. »


La tribu:
Les Yomouds occupaient, au sud-est et à l’est de la mer Caspienne, des territoires maintenant répartis de part et d’autre de la frontière entre l’Iran et le Turkménistan.
Comme les Tekkés, les Yomouds furent des tisserands prolifiques et par leur qualité, on a conservé d’eux un grand nombre de pièces anciennes.
Agriculteurs, semi-nomades ou nomades, ils gardent encore, dans les régions les plus reculées, des habitudes ancestrales.
Des membres de la tribu vivant actuellement en Iran produisent toujours des tapis mais bon marché et de qualité médiocre.

Galerie Girard

XIXe siècle
Soumack aux dragons
Soumack aux dragons

18 000 €

XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle

5 880 €

Tapisserie

XIXe siècle
Tapis Kum Kapu, Turquie vers 1880
XIXe siècle
Soumack aux dragons
XIXe siècle
Chirvan XIXe siècle
XIXe siècle
Tapisserie Aubusson XIXe siècle