EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de scènes galantes XVIIIe
Paire de scènes galantes XVIIIe - Tableaux et dessins Style Louis XVI Paire de scènes galantes XVIIIe - Antiquités Franck Baptiste Paire de scènes galantes XVIIIe - Louis XVI Antiquités - Paire de scènes galantes XVIIIe
Réf : 58365
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Materiaux :
Gouache sur papier
Dimensions :
l. 33.5 cm X H. 42 cm
Tableaux et dessins Aquarelles, Dessins & Pastels - Paire de scènes galantes XVIIIe XVIIIe siècle - Paire de scènes galantes XVIIIe Louis XVI - Paire de scènes galantes XVIIIe
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Paire de scènes galantes XVIIIe

Paire de scènes galantes , gouaches sur papier, suiveur de Pierre Antoine Baudoin vers 1770.

Belle paire de gouaches sur papier issue de la série « Les amours champêtres » présentée par Pierre-Antoine Baudoin au salon de l’académie royale de peinture et sculpture en 1765.
Nos deux gouaches représentent « l’attente du galant » qui observe sa dulcinée et attend qu’elle soit seule ainsi que la quatrième « la paysanne querellée par sa mère » ou l’on peut voir la fuite du galant et la mère qui sermonne sa fille dont la robe froissée laisse entrevoir son sein.
Une autre gouache de cette série conservée au musée de Cleveland représente « la visite de l’amant » qui rentre par la fenêtre de la grange ses sabots à la main , tandis que la jeune fille se tient en robe de nuit devant un lit .
Une autre petite gouache présentée elle aussi au salon de 1765 et intitulée « le cueilleur de cerise » pourrait correspondre à la première étape, celle de la rencontre.

Bel état de conservation.

Cadres d’origine en bois de chêne finement sculptés de raies de coeur et d’une frise de perles attribuables à l’ébéniste Louis Etienne Infroit. (reçu maitre en 1768)
Dorures et verres soufflés d’origine.

Cadre : Hauteur: 42 cm ; Largeur: 33,5 cm
Feuille: Hauteur: 31 cm , Largeur: 22 cm


Pierre Antoine Baudoin (1723-1769) est un peintre dessinateur français , élève de François boucher dont il épouse la fille Marie Emilie en 1758.
Spécialiste des miniatures à la gouache il est reçu maitre de l’académie royale de peinture en 1763 et exposera au salon à partir de 1761.
Ses oeuvres sont très appréciées et connaissent un fort succès auprès de la noblesse parisienne.
Maitre incontestable des scènes libertines il influencera très fortement son ami Fragonard, même après son décès à l’âge de 46 ans en 1769.
Pour autant ses oeuvres jugées scandaleuses par certains seront très critiqués, même son ami Diderot lâchera cette fameuse phrase :

 « Greuze s'est fait peintre, prédicateur des bonnes mœurs; Baudouin, peintre, prédicateurs des mauvaises. Greuze, peintre de famille et d'honnêtes gens ; Baudouin, peintre des petites-maisons et des libertins. »

L’archevêque de Paris condamnera certaines de ces oeuvres et certains critiques seront encore plus dur à son égard :


    « Baudouin, bon garçon, qui a de la figure, de la douceur, de l’esprit, un peu libertin ; mais qu’est-ce que cela me fait ? Ma femme a ses quarante-cinq ans passés, et il n’approchera pas de ma fille, ni lui ni ses compositions. Il y avait au Salon une quantité de petits tableaux de Baudouin, et toutes les jeunes filles, après avoir promené leurs regards distraits sur quelques tableaux, finissaient leurs tournées à l’endroit où l’on voyait la Paysanne querellée par sa mère, et le Cueilleur de cerises ; c’était pour cette travée qu’elles avaient réservé toute leur attention. On lit plutôt à un certain âge un ouvrage libre qu’un bon ouvrage, et l’on s’arrête plutôt devant un tableau ordurier que devant un bon tableau. Il y a même des vieillards qui sont punis de la continuité de leurs débauches, par le goût stérile qu’ils en ont conservé. Quelques-uns de ces vieillards se traînaient aussi, béquille en main, dos voûté, lunettes sur le nez, aux petites infamies de Baudouin. […] On voit sur un arbre un grand garçon jardinier qui cueille des cerises. Au pied de l’arbre, une jeune paysanne prête à les recevoir dans son tablier : une autre paysanne, assise à terre, regarde le cueilleur ; entre celle-ci et l’arbre, un âne chargé de ses paniers, qui broute. Le jardinier a jeté sa poignée de cerises dans le giron de la paysanne ; il ne lui en est resté dans la main que deux accouplées sur la même queue qui les tient suspendues au doigt du milieu. Mauvaise pointe, idée plate et grossière ; mais je dirai mon avis de tout cela à la fin."

Notre avis :

En parfait état et aux couleurs très fraiches , notre paire de scènes galantes est un sujet très à la mode au milieu du 18 ème siècle.
De petit format ces gouaches étaient comme l’expliquait Pierre Antoine Baudoin produite pour les boudoirs de la noblesse , elles peuvent aujourd’hui embellir la demeure d’un amoureux du siècle d’or français.

Antiquités Franck Baptiste

Aquarelles, Dessins & Pastels Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « L’apollon du Belvédère, buste en marbre blanc, époque 19e » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Aquarelles, Dessins & Pastels Louis XVI, Tableaux et dessins.